• CHOISISSEZ VOTRE VIE

    CHOISISSEZ VOTRE VIE

    "VOUS ÊTES SUR TERRE

    POUR RAYONNER

    VOTRE VIE"

  • SOURIEZ à la VIE

    SOURIEZ à la VIE

  • CHASSEZ LE NEGATIF

    CHASSEZ LE NEGATIF

  • RESPECTEZ LA NATURE

    RESPECTEZ LA NATURE

  • RESPECTEZ LES ANIMAUX

    RESPECTEZ LES ANIMAUX

  • RESPECTEZ LES HUMAINS

    RESPECTEZ LES HUMAINS

  • PENSEZ POSITIF

    PENSEZ POSITIF

  • APPRENEZ LE MEILLEUR

    APPRENEZ LE MEILLEUR

  • DEVENEZ QUELQU’UN DE BIEN

    DEVENEZ QUELQU’UN DE BIEN

  • REPLACEZ-VOUS DANS L’UNIVERS

    REPLACEZ-VOUS DANS L’UNIVERS

  • PREPAREZ-VOUS AU « CONTACT »

    PREPAREZ-VOUS AU « CONTACT »

  • SOYEZ VOTRE BONHEUR

    SOYEZ VOTRE BONHEUR

  • QUALITA1

    qualita1

  • Catégories

  • Archives

  • TON AVENIR

    avenir

    "L'AVENIR DÉPEND

    DE CE QUE NOUS FAISONS

    DANS LE PRÉSENT."

    (Gandhi)

  • TON DEVOIR

    TON DEVOIR

    "IL FAUT FAIRE SON DEVOIR

    SANS SE SOUCIER

    DE L'OPINION

    DES AUTRES."

    (Gandhi)

  • TA FOI

    TA FOI

    "NE LAISSE JAMAIS

    UNE MAUVAISE PÉRIODE

    TE FAIRE CROIRE

    QUE TU AS

    UNE MAUVAISE VIE."

  • TA FORCE

    TA FORCE

    "CELUI QUI SOURIT

    AU LIEU DE S"EMPORTER

    EST TOUJOURS

    LE PLUS FORT."

  • TON RESPECT

    001

    "TOUT EST VIE

    SUR CETTE TERRE.

    RESPECTER LA TERRE

    C'EST RESPECTER LA VIE."

PARABOLE DU CHIEN ATTACHE

Posté par qualita1 le 4 juin 2009

chien

|

Très joli texte de Serge

 trouvé chez swadisthana  

|

- Que regardes-tu ?

- Je regarde le chien.

Celui qui venait de répondre était un jeune garçon.

Celui qui avait posé la question, notre ami le moine.

|

- Je ne comprends pas pourquoi il reste attaché-là !

la corde qui le retient n’est pas très grosse,

avec la force qu’il a il pourrait la casser et se sauver !

Le moine souriait.

- Et toi qu’en penses-tu ?

- Peut-être qu’on l’a dressé à rester là !

- Alors pourquoi l’attacher, si ce chien est dressé il n’a pas besoin de corde !

Le jeune garçon secoua la tête. Le moine avait raison.

Alors comment se fait-il  que ce chien reste là ?

|

Le moine raconta l’histoire de ce chien.

- Vois-tu, il y a très longtemps, ses arrières grands parents étaient des chiens

 sauvages. Ils étaient libres, ils parcouraient des dizaines de kilomètres pour trouver

 l’endroit pour vivre. Quand l’hiver arrivait, ils s’en allaient

pour d’autres contrées plus clémentes.

Un jour, des hommes posèrent le pied dans ces régions inhabitées, ils virent ces

 chiens. Ils les trouvèrent résistant, courageux, puissants et décidèrent de les

utiliser. Ils attrapèrent les petits qu’ils attachèrent à l’aide de corde près de leur

 campement, ceci afin de les domestiquer.

|

Celui-ci, depuis son plus jeune âge, a été attaché.

Au début, le sang de la liberté, qui coulait dans ses veines,  le poussait à vouloir

 s’échapper, partir, mais la corde était solide

et toutes ses tentatives échouèrent.

Chaque jour, il mettait toute son énergie à vouloir partir … en vain.

Un jour, il s’avoua vaincu et accepta son sort.

Il sut qu’il était impossible de se sauver,

impossible de courir les vastes paysages comme le faisait ses ancêtres.

Malgré la fragilité de cette corde aujourd’hui, il se sait incapable de la casser.

Ceci est inscrit au plus profond de lui.

|

- Mais il n’a jamais essayé maintenant qu’il est plus grand ?

le moine souriait.

- Il est un peu comme nous lorsque nous faisons quelque chose

qui ne fonctionne pas.

On pense que c’est impossible, que l’on ne peut pas y arriver,

que c’est au-dessus de nos forces.

|

Parfois cela va encore plus loin,

cette corde, nous l’attachons autour de nos proches

persuadé qu’eux aussi ne pourront pas y arriver,

et nous les privons de liberté.

|

- Je comprends, dit l’enfant.

Il s’approcha du chien, lentement, avalant sa salive car le chien avait l’air féroce.

Une fois près de lui, il s’agenouilla.

- Tu sais, tu es plus fort que la corde, tu peux reprendre ta liberté

et courir comme tes ancêtres.

|

L’enfant se releva et retourna vers le moine.

Tous les deux  regardaient le chien.

Il était sur ses quatre pattes.

 Plus que les mots c’était le regard de l’enfant qui avait parlé.

Le chien le regarda et d’un seul coup bondit, cassant net l’attache symbolique.

Sentant la liberté, le chien courut droit devant lui

accompagné par l’Esprit de ses ancêtres.

Atteignant le haut de la colline, il se retourna et regarda les deux formes humaines,

l’une plus petite, mais toutes les deux arboraient un immense sourire.

En trois bonds le chien disparut.

*

(Serge)

*

Laisser un commentaire

 

ah... et c'est quand que ça... |
régime, chats et doctorat |
skyblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | moi, ma vie, mes kilos en t...
| mon univer
| Nelly et Tony