• CHOISISSEZ VOTRE VIE

    CHOISISSEZ VOTRE VIE

    "VOUS ÊTES SUR TERRE

    POUR RAYONNER

    VOTRE VIE"

  • SOURIEZ à la VIE

    SOURIEZ à la VIE

  • CHASSEZ LE NEGATIF

    CHASSEZ LE NEGATIF

  • RESPECTEZ LA NATURE

    RESPECTEZ LA NATURE

  • RESPECTEZ LES ANIMAUX

    RESPECTEZ LES ANIMAUX

  • RESPECTEZ LES HUMAINS

    RESPECTEZ LES HUMAINS

  • PENSEZ POSITIF

    PENSEZ POSITIF

  • APPRENEZ LE MEILLEUR

    APPRENEZ LE MEILLEUR

  • DEVENEZ QUELQU’UN DE BIEN

    DEVENEZ QUELQU’UN DE BIEN

  • REPLACEZ-VOUS DANS L’UNIVERS

    REPLACEZ-VOUS DANS L’UNIVERS

  • PREPAREZ-VOUS AU « CONTACT »

    PREPAREZ-VOUS AU « CONTACT »

  • SOYEZ VOTRE BONHEUR

    SOYEZ VOTRE BONHEUR

  • QUALITA1

    qualita1

  • Catégories

  • Archives

  • TON AVENIR

    avenir

    "L'AVENIR DÉPEND

    DE CE QUE NOUS FAISONS

    DANS LE PRÉSENT."

    (Gandhi)

  • TON DEVOIR

    TON DEVOIR

    "IL FAUT FAIRE SON DEVOIR

    SANS SE SOUCIER

    DE L'OPINION

    DES AUTRES."

    (Gandhi)

  • TA FOI

    TA FOI

    "NE LAISSE JAMAIS

    UNE MAUVAISE PÉRIODE

    TE FAIRE CROIRE

    QUE TU AS

    UNE MAUVAISE VIE."

  • TA FORCE

    TA FORCE

    "CELUI QUI SOURIT

    AU LIEU DE S"EMPORTER

    EST TOUJOURS

    LE PLUS FORT."

  • TON RESPECT

    001

    "TOUT EST VIE

    SUR CETTE TERRE.

    RESPECTER LA TERRE

    C'EST RESPECTER LA VIE."

HONTE à L’ALGERIE pour ces assassinats de femmes !

Posté par qualita1 le 14 juin 2010

algerie464.jpg

|

Oui honte à l’Algérie

pour ce qu’elle laisse faire subir aux femmes,

pour ce que ses politiques laissent faire subir aux femmes,

pour ce que la populace laisse faire subir aux femmes !

|

Je suis encore en  COLÈRE !

|

Émission télé du dimanche13 juin 2010,

un chroniqueur parle d’un livre effarant :

« Laissées pour mortes »

de Fatiha Maamoura, Rahmoura Salah et Nadia Kaci.

|

3763.jpg

|

Le 13 juillet 2001, à Hassi Messaoud

Des centaines de femmes battues, violées, pendues, assassinées

tout ça parce qu’un imam musulman a prêché l’éradication

des « mauvaises femmes ».

 Mauvaises femmes égalent, pour lui et pour tous les musulmans qui l’ont suivi,

  »femmes qui travaillent » et femmes pauvres de surcroît. 

Terrifiant !

Incroyable !

Ignoble !!!

Insupportable !

|

Je sais, on pourrait dire que 2001 c’est déjà un peu loin.

et que les choses ont changé depuis.

Eh bien,  il paraît que non.

Il y a encore  des lynchages de femmes.

Je suis écoeurée !

Et comme à chaque fois que mon âme est révulsée de honte

je ne sais que me dire :

 » à quand l’éradication de ces horreurs ? ».

À quand la fin de ces êtres malfaisants

qui détruisent jusqu’à leur propre avenir ?

|

Détruire une femme c’est détruire l’avenir.

Bousiller la vie d’une mère c’est  détruire l’avenir.

Établir en loi que la femme est inférieure à l’homme

c’est détruire un possible avenir.

Établir en loi que la femme doit être soumise à l’homme

c’est détruire un possible avenir.

Bon sang … ce que je suis en colère !

|

J’ai trouvé sur terrafemina.com cet article édifiant sur le sujet :

« C’était le 13 juillet 2001, à Hassi Messaoud au sud de l’Algérie.

Une cinquantaine de femmes connaîssait l’enfer : viols, tortures, à la gloire de Dieu !

Parmi les victimes, Rahmouna Salah et Fatiha Maamoura.

Aujourd’hui elles osent témoigner.

Nadia Kaci a recueilli leurs propos dans un livre saisissant, « Laissées pour mortes ».

« Laissées pour mortes » : le lynchage des femmes de Hassi Messaoud

 Rahmouna et Fatiha, deux Algériennes que la vie n’a pas épargnées.

Rahmouna a connu le mariage forcé, la violence conjugale, le divorce puis,

sans ressources, l’errance avec trois enfants sur les bras.

Fatiha s’est mariée à dix-neuf ans.

Quatre mois plus tard, alors qu’elle tombe enceinte, elle devient veuve.

Lorsqu’elle accouche, son bébé lui est volé pendant la nuit, dans son lit d’hôpital.

Que s’est-il passé ? Elle ne le saura jamais.

Fatiha et Rahmouna, deux femmes qui ont tout quitté, désespérées,

à la recherche d’un salaire décent.

Elles sont venues vivre à proximité du chantier de Hassi Messaoud,

une ville perdue dans le désert algérien

où les entreprises pétrolières s’implantent peu à peu.

Fatiha s’installe dans un quartier populaire qui jouxte le bidonville où habite Rahmouna ;

cet endroit, c’est El Haïcha, « la bête sauvage » en arabe algérien,

un toponyme terriblement évocateur.

Dans ce quartier, elles vont connaitre l’horreur.

« Ce soir-là, tout était permis ! »

Il était minuit. En cette nuit du 12 au 13 juillet 2001,

comme chaque soir, Rahmouna et Fatiha étaient chez elles,

dans leurs domiciles du bidonville d’El Haïcha.

Nul n’aurait pu prédire les violences qu’elles allaient subir.

A la suite du prêche virulent d’un imam intégriste, près de 500 hommes se ruent

dans la ville de Hassi Messaoud.

Ils viennent « nettoyer la ville des femmes impures »,

c’est-à-dire de toutes celles qui travaillent mais qui vivent seules, portant hijab ou pas.

Pour ces hommes,  ces femmes sont des prostituées

et donc une menace pour la sérénité de la communauté.

Fatiha sera la première victime de cette « expédition punitive ».

Frappée, brûlée, violée, les hommes « l’ont enterrée jusqu’au cou […] 

avec du sable et des dalles de trottoir arrachées »,

a frappant à la tête à coups de pieds.

Lorsqu’une voiture de police approche, les hommes fuient.

Rahmouna aussi subira la folie de ces hommes. Elle raconte :

« Ils étaient une cinquantaine à barrer toute la route entre chez nous et les voisins.

[…] Ils se dirigeaient tous vers moi.

Qui supplier ? Ils me promettaient les pires insanités. […]

J’ai senti un coup de couteau déchirer mon ventre

. Le sang a jailli avec une violence qui m’a surprise ».

Une fois encore, les agresseurs se sont échappés lorsque la police est arrivée.

Ce soir-là, toutes deux sont « laissées pour mortes ». …

|

Terrifiant !!!!

Quand on pense que ceux qui ont fait ça s’estime bons musulmans … !

|

« Petite note d’espoir pour Rahmouna et toutes les femmes de son pays,

en Algérie de plus en plus de personnes se mobilisent

pour inculquer « aux enfants et aux jeunes […]

le respect de l’autre et les valeurs de l’égalité entre hommes et femmes »

la tâche n’est toutefois pas simple car les défenseurs des droits des femmes

« ont beaucoup moins de moyens que les intégristes ».

Ainsi concluent les victimes :

« Le chemin sera long pour qu’il n’y ait plus jamais d’autre Hassi Messaoud ».

Une phrase qui retentit comme une alerte… »

|

Alors je veux peut-être encore croire que les choses changeront là-bas

et qu’ici les femmes seront de plus en plus vigilantes

pour que pareil retour à l’horreur ne soit jamais possible dans notre pays,

 ni dans tous nos pays occidentaux d’ailleurs  ! »

Soyons vigilants !

Soyons vigilantes !

*

Amitiés

*

Laisser un commentaire

 

ah... et c'est quand que ça... |
régime, chats et doctorat |
skyblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | moi, ma vie, mes kilos en t...
| mon univer
| Nelly et Tony