• CHOISISSEZ VOTRE VIE

    CHOISISSEZ VOTRE VIE

    "VOUS ÊTES SUR TERRE

    POUR RAYONNER

    VOTRE VIE"

  • SOURIEZ à la VIE

    SOURIEZ à la VIE

  • CHASSEZ LE NEGATIF

    CHASSEZ LE NEGATIF

  • RESPECTEZ LA NATURE

    RESPECTEZ LA NATURE

  • RESPECTEZ LES ANIMAUX

    RESPECTEZ LES ANIMAUX

  • RESPECTEZ LES HUMAINS

    RESPECTEZ LES HUMAINS

  • PENSEZ POSITIF

    PENSEZ POSITIF

  • APPRENEZ LE MEILLEUR

    APPRENEZ LE MEILLEUR

  • DEVENEZ QUELQU’UN DE BIEN

    DEVENEZ QUELQU’UN DE BIEN

  • REPLACEZ-VOUS DANS L’UNIVERS

    REPLACEZ-VOUS DANS L’UNIVERS

  • PREPAREZ-VOUS AU « CONTACT »

    PREPAREZ-VOUS AU « CONTACT »

  • SOYEZ VOTRE BONHEUR

    SOYEZ VOTRE BONHEUR

  • QUALITA1

    qualita1

  • Catégories

  • Archives

  • TON AVENIR

    avenir

    "L'AVENIR DÉPEND

    DE CE QUE NOUS FAISONS

    DANS LE PRÉSENT."

    (Gandhi)

  • TON DEVOIR

    TON DEVOIR

    "IL FAUT FAIRE SON DEVOIR

    SANS SE SOUCIER

    DE L'OPINION

    DES AUTRES."

    (Gandhi)

  • TA FOI

    TA FOI

    "NE LAISSE JAMAIS

    UNE MAUVAISE PÉRIODE

    TE FAIRE CROIRE

    QUE TU AS

    UNE MAUVAISE VIE."

  • TA FORCE

    TA FORCE

    "CELUI QUI SOURIT

    AU LIEU DE S"EMPORTER

    EST TOUJOURS

    LE PLUS FORT."

  • TON RESPECT

    001

    "TOUT EST VIE

    SUR CETTE TERRE.

    RESPECTER LA TERRE

    C'EST RESPECTER LA VIE."

FIN DU MONDE MUSULMAN

Posté par qualita1 le 26 janvier 2015

samad

|

Pour essayer de comprendre ce qui se passe aujourd’hui avec le monde musulman …

Extraits d’un article passionnant !

|

« Hélios d’Alexandrie a traduit de l’arabe cet article paru le 1er décembre 2010

dans le journal Al Marsd au sujet d’un livre du politologue allemand d’origine égyptienne,

Abdel-Samad.

Abdel-Samad avait prédit, avant le déclenchement des révolutions arabes,

l’effondrement du monde musulman sous le poids d’un islam

incapable de prendre le virage de la modernité,

et l’immigration massive vers l’Occident qui s’en suivrait.

|

L’Occident a intérêt à soutenir les forces laïques et démocratiques dans le monde musulman.

Et chez nous, il faut encourager la critique de l’islam

au lieu de la réprimer sous prétexte de discours de haine.

En apaisant les islamistes et en accommodant leurs demandes obscurantistes

dans nos institutions,

on ne fait que retarder un processus qui serait salutaire pour les musulmans eux-mêmes,

et pour l’humanité.

|

… Fort de sa connaissance de la réalité du monde islamique, le professeur Abd el Samad

en est venu à cette vision pessimiste.

L’arriération intellectuelle, l’immobilisme économique et social,

le blocage sur les plans religieux et politiques

sont d’après lui les causes principales de la catastrophe appréhendée.

Ses origines remontent à un millénaire et elle est en lien avec l’incapacité de l’islam

d’offrir des réponses nouvelles ou créatives pour le bénéfice de l’humanité en général

et pour ses adeptes en particulier.

|

À moins d’un miracle ou d’un changement de cap aussi radical que salutaire,

Abd el Samad croit que l’effondrement du monde islamique

connaîtra son point culminant durant les deux prochaines décennies.

L’auteur égyptien a relevé plusieurs éléments lui permettant d’émettre un tel pronostic :

Absence de structures économiques assurant un réel développement

Absence d’un système éducatif efficace

Limitation sévère de la créativité intellectuelle …

|

L’auteur ne ménage pas ses critiques à l’égard des musulmans 

«Ils ne cessent de se vanter d’avoir transmis la civilisation grecque et romaine aux Occidentaux,

mais s’ils étaient vraiment porteurs de cette civilisation pourquoi ne l’ont-ils pas préservée,

valorisée et enrichie afin d’en tirer le meilleur profit ?»

|

Et il pousse le questionnement d’un cran :

«Pourquoi les diverses cultures contemporaines se fécondent mutuellement

et s’épanouissent tout en se faisant concurrence,

alors que la culture islamique demeure pétrifiée

et hermétiquement fermée à la culture occidentale qu’elle qualifie et accuse d’être infidèle?»

|

Et il ajoute : «le caractère infidèle de la civilisation occidentale

n’empêche pas les musulmans de jouir de ses réalisations et de ses produits,

particulièrement dans les domaines scientifiques, technologiques et médicaux.

Ils en jouissent sans réaliser qu’ils ont raté le train de la modernité

lequel est opéré et conduit par les infidèles sans contribution aucune des musulmans,

au point que ces derniers sont devenus un poids mort pour l’Occident

et pour l’humanité entière.»

|

L’auteur constate l’impossibilité de réformer l’islam tant que la critique du coran,

de ses concepts, de ses principes et de son enseignement demeure taboue ;

cet état de fait empêche tout progrès, stérilise la pensée et paralyse toute initiative.

|

S’attaquant indirectement au coran.

l’auteur se demande quels changements profonds peut-on s’attendre de la part

de populations qui sacralisent des textes figés et stériles

et qui continuent de croire qu’ils sont valables pour tous les temps et tous les lieux.

|

Ce blocage n’empêche pas les leaders religieux de répéter avec vantardise et arrogance

que les musulmans sont le meilleur de l’humanité,

que les non-musulmans sont méprisables et ne méritent pas de vivre !

L’ampleur de la schizophrénie qui affecte l’oumma islamique est remarquable.

|

L’auteur s’interroge : «comment l’élite éclairée dans le monde islamique et arabe

saura-t-elle affronter cette réalité ?

Malgré le pessimisme qui sévit parmi les penseurs musulmans libéraux,

ceux-ci conservent une lueur d’espoir qui les autorise à réclamer qu’une autocritique se fasse

dans un premier temps avec franchise, loin du mensonge,

de l’hypocrisie, de la dissimulation et de l’orgueil mal placé.

Cet effort doit être accompagné de la volonté de se réconcilier avec les autres

en reconnaissant et respectant leur supériorité sur le plan civilisationnel

et leurs contributions sur les plans scientifiques et technologiques.

Le monde islamique doit prendre conscience de sa faiblesse

et doit rechercher les causes de son arriération,

de son échec et de sa misère

en toute franchise afin de trouver un remède à ses maux.

|

Le professeur Abd el Samad ne perçoit aucune solution magique

à la situation de l’oumma islamique tant que celle-ci restera attachée à la charia qui asservit,

stérilise les esprits, divise le monde entre croyants musulmans et infidèles non-musulmans ;

entre dar el islam et dar el harb (les pays islamiques et les pays à conquérir).

|

L’auteur croit qu’il est impossible pour l’oumma islamique de progresser et d’innover

avant qu’elle ne se libère de ses démons,

de ses complexes, de ses interdits

et avant qu’elle ne transforme l’islam en religion purement spirituelle

invitant ses adeptes à une relation personnelle avec le créateur

sans interférence de la part de quiconque fusse un prophète,

un individu, une institution ou une mafia religieuse

dans sa pratique de la religion ou dans sa vie quotidienne. …

|

Hamed Abd el Samad est la cible d’une fatwa de mort émise par un religieux égyptien. …

|

Rachid: Je suis heureux que vous ayez accepté l’invitation du programme

« Question audacieuse »

malgré les problèmes que cet entretien pourrait vous causer

avec nos frères du monde musulman.

Qu’est-ce qui vous a convaincu d’apparaître sur un canal télévisé qui promeut le christianisme,

alors que vous n’êtes pas chrétien et que vous ne professez aucune religion?

Hamed Abd el Samad: Je n’ai aucun problème à échanger avec tout être humain

sauf certaines exceptions: ceux qui tuent,

ceux qui incitent au meurtre et ceux qui font preuve de racisme.

Je parle avec toutes sortes de gens,

dès lors qu’il s’agit pour moi d’exposer mes idées

et que mon interlocuteur accepte de répliquer avec les siennes.

Comme vous l’avez précisé je ne suis pas chrétien,

je suis même critique à l’égard du christianisme et de la pensée religieuse,

mais je n’éprouve aucune gêne à discuter avec toute personne

qu’elle soit croyante ou non, tant qu’elle ne cherche pas à m’imposer ses idées.

|

Je suis d’avis qu’il est préférable de discuter en privilégiant la raison, je prends un exemple:

peu importe pour moi ce que Mahomet a dit ou ce qui a été écrit dans le coran,

ce qui m’intéresse avant tout c’est ce que le musulman d’aujourd’hui

fait avec ces paroles et de quelle façon il les intègre dans sa vie.

Comment il les met en pratique,

s’il cherche à me les imposer, à me forcer d’y croire,

et si je n’y crois pas à me traiter de mécréant (kafir) et s’il les utilise pour me châtier…

|

La civilisation c’est la capacité des gens à assimiler le nouveau,

c’est aussi la possibilité que certaines choses qui relèvent du bon sens soient admises

sans que l’on ait besoin de les inscrire dans des lois ou dans les constitutions,

comme le respect des croyances.

Ce à quoi vous croyez et ce à quoi je crois, c’est l’affaire de personne,

la couleur de votre peau, vos origines…

Vous êtes un être humain, je le suis tout autant,

c’est sur cette base que nous établissons nos relations. …

|

La laïcité ne s’immisce pas dans les convictions des gens,

elle empêche de mêler la politique à la religion,

et par le fait même elle protège et la politique et la religion.

Nous vivons dans les sociétés pluriconfessionnelles et multiethniques,

tant en occident que dans le monde arabe.

Si chacun insiste pour que sa religion encadre la société

et devienne la source principale de la législation,

il ne sera pas possible d’éviter la guerre civile.

Si vous cherchez les lieux où les différentes religions cohabitent en paix,

vous les trouverez en occident.

Chrétiens musulmans juifs et athées jouissent des mêmes droits,

et l’État, fort de sa neutralité, se tient à égale distance de toutes les croyances. …

|

Hamed Abd el Samad: C’est la notion d’absolu qui pose problème.

Moi je vois que l’islam est une religion qui a pris du retard,

je veux dire que l’islam avait du retard au moment où il est apparu,

il était en retard de six cents ans sur le christianisme.

Le christianisme a passé par de nombreuses étapes violentes,

avant le mouvement des Lumières il a traversé des périodes sombres

que les chrétiens eux-mêmes reconnaissent.

Tant que la religion domine l’État, la liberté et la démocratie sont impossibles.

Je suis d’avis que l’islam traverse actuellement son moyen-âge,

un peu comme le christianisme aux 14e et 15e siècles. …

|

Pour en revenir à ma conférence, j’ai comparé le nazisme au mouvement des Frères musulmans

sur le chapitre des idées et des méthodes de gouvernement.

Leur propension à créer des divisions au sein de la société,

le suprématisme religieux d’un côté et le suprématisme racial de l’autre,

les chemises brunes nazies et les milices des Frères musulmans,

leurs modes opératoires, leur idéologie de l’exclusion etc.

Le fascisme exclut l’autre, rejette l’opinion contraire et liquide les opposants. …

Les religieux se sont déchainés contre moi :

« nous ne sommes pas fascistes, ce n’est pas vrai et c’est pourquoi nous allons te tuer! »

Autrement dit ils ne sont pas fascistes, ils n’excluent personne,

ils ne tuent personne, mais ils me tueront pour avoir exprimé mon point de vue! …

|

… pour que l’étudiant musulman ne perde pas son identité,

il se sent obligé de s’imaginer plus grand que dans la réalité.

C’est l’inflation de soi et de l’Histoire islamique,

c’est l’occultation des défauts de la culture et des erreurs de l’Histoire islamiques.

Non content de se glorifier, il part à la chasse des erreurs et des défauts d’autrui.

Malheureusement cela fait perdre à plusieurs étudiants

et chercheurs musulmans l’occasion d’acquérir la liberté d’esprit.

Ils se barricadent dans une prison mentale croyant défendre leur religion,

leur identité ou leur appartenance.

Rachid: D’où vient ce phénomène? …

Hamed Abd el Samad: La société composée d’immigrants a une sensibilité à fleur de peau.

Quand je vivais en Égypte j’étais musulman et je ne sentais pas le besoin

de le prouver ou de l’exhiber.

Quand on quitte son pays, la société dans laquelle on a choisi de vivre

devient pour nous un miroir qui reflète notre image véritable.

Le miroir est cruel parce qu’on s’y voit tout nu, l

es défauts, les manquements et les erreurs nous sont ainsi dévoilés.

La société d’accueil nous révèle les défauts et les manquements de notre civilisation,

de notre culture et de notre façon de penser.

Elle nous oblige à prendre un temps d’arrêt pour faire face à la réalité.

L’expérience est pénible et ceux qui sont capables de l’endurer ne sont pas légion.

Quoi faire pour éviter cette confrontation avec soi?

Briser le miroir et cacher sa nudité avec tout ce qui nous tombe sous la main.

|

Autre point: les sociétés islamiques possèdent dans leur structure

une forme de surveillance collective.

Nul ne peut s’adonner à un interdit, sans qu’un proche ou un voisin

ne le surprenne en flagrant délit et sans qu’on lui impose un châtiment.

À l’étranger le musulman devient lui-même son propre surveillant,

s’il transgresse un interdit, s’il goûte aux fruits défendus offerts par la société,

sexe, alcool, divertissements etc. il commence à se faire des reproches

et à ressentir de la honte et du remord.

Ce remord est une souffrance qui exige un traitement.

C’est dans l’apprentissage de la liberté que se trouve le traitement le plus sain:

comment parvenir à l’équilibre dans la vie sans se faire du tort et sans nuire aux autres.

L’autre solution consiste à régresser dans la religion à travers le fondamentalisme et la violence.

Ceux, et ils sont nombreux, qui fuient la mosquée et transgressent les interdits,

y reviennent plus tard et deviennent plus extrémistes qu’au début. …

|

Ce que nous appelons l’islam politique est né du fantasme

qu’un jour nous parviendrons à dominer le monde en maîtres.

L’islam politique respire artificiellement grâce à deux facteurs:

l’argent du pétrole et la haine de l’occident;

mais il n’a aucun projet pour rendre la civilisation islamique féconde. …

|

La chute du monde islamique est imminente, c’est ce que Hamed Abd el Samad a prédit en 2010

et c’est ce qui est en train de se dérouler sous nos yeux.

Il s’agit toutefois d’une chute au ralenti qui s’étirera sur vingt ou trente ans.

Elle a, sans qu’on s’en aperçoive, débuté en Somalie et au Soudan;

ce sont les nations les plus fragiles et les plus désorganisées qui ont pris la tête du peloton.

Mais d’autres récemment ont suivi, la Lybie, la Syrie, l’Irak et jusqu’à un certain point l’Égypte,

récemment libérée des griffes des Frères musulmans,

et la Tunisie dont le destin est encore mal assuré.

L’effondrement du monde islamique c’est aussi, et surtout, l’effondrement de l’islam politique

et de l’idée de califat, rêve désormais irréalisable pour certains,

mais cauchemar pour tous les autres. …

|

Rachid: Laissez-moi vous poser cette question qui est au cœur de notre entretien:

Qu’entendez-vous par la chute du monde islamique? L’islam va-t-il disparaître?

Hamed Abd el Samad: Non! Il y a environ un milliard et demi de musulmans,

nul ne peut prétendre qu’ils vont disparaître.

Je m’attends plutôt à un changement radical quand la « respiration artificielle »

s’arrêtera avec la panne des respirateurs.

Elle surviendra dans une trentaine d’années, avec le tarissement des puits de pétrole en Arabie.

Dans trente ans si nous n’avons pas élaboré un protocole de coopération avec l’occident…

Rachid: Vous vous attendez à ce qu’il ne reste plus de pétrole dans trente ans?

Hamed Abd el Samad: Les réserves de pétrole seront épuisées

et le monde s’oriente vers des alternatives au pétrole: l’énergie solaire, l’énergie éolienne.

Le monde veut développer ses propres ressources en énergie

et ne veut plus dépendre de cette région qu’on appelle le Moyen-Orient,

qui ne lui apporte que des problèmes et des conflits.

Donc les réserves de pétrole du Golfe arabo-persique seront épuisées

et cela signifie que des catastrophes guettent les pays pétroliers

s’ils n’ont pas appris à développer leur économie par d’autres moyens

que l’exportation de la ressource pétrolière.

Rachid: Ils dépendent même de la main-d’œuvre étrangère pour à peu près tout.

Hamed Abd el Samad: L’idéologie alimentée par l’argent du pétrole piquera du nez,

de la même façon que les manifestations en appui aux frères musulmans en Égypte

se sont arrêtées, par manque d’argent.

Quand la source de financement est tarie, l’enthousiasme diminue et les gens restent à la maison.

Le même phénomène s’est produit au moment des élections.

Donc le premier facteur, l’argent, quittera la scène.

Le second facteur, la haine de l’occident ne pourra pas se maintenir:

nous ne pouvons pas témoigner de l’hostilité envers l’occident et ses valeurs éternellement,

d’autant plus qu’il est notre voisin et qu’il détient l’expertise et le know how

dont nous avons besoin pour faire évoluer nos sociétés.

La haine nuit davantage à celui qui hait qu’à celui qui est l’objet de la haine.

Notre haine de l’occident ne lui a pas nui beaucoup,

objectivement elle a été bien plus nuisible pour nous.

|

Nous avons établi l’éducation et l’instruction sur la détestation des occidentaux,

nos jeunes ont investi énormément d’énergie dans la haine,

sans résultats par ailleurs, parce que cette haine n’atteint pas sa cible

et ne peut rien contre elle. …

|

… les jeunes veulent connaître les dessous et le pourquoi des choses,

ils n’acceptent pas qu’on leur impose de ne pas poser de questions.

La génération internet met au défi les « Grandes Certitudes ».

Rachid: On ne peut plus leur dire: « Allah et son prophète en savent plus que nous! »

Hamed Abd el Samad: Ce n’est plus possible, on ne peut non plus leur mettre sous le nez

le verset du coran qui dit:

 » ne posez pas de questions sur des choses, la connaissance desquelles vous causera du tort… »

Non elle ne nous causera pas du tort …

À présent les jeunes ont adopté cette logique,

cela ne les amènera pas nécessairement à perdre la foi,

ce qu’ils risquent de perdre c’est la composante d’hostilité dirigée contre l’autre.

Et si cela ne se passe pas ainsi ce sera la catastrophe. …

|

Car celui qui hurle au nom de son dieu dans les ruelles ou à travers les écrans,

l’a perdu depuis longtemps dans son for intérieur. 

Les gens voient les islamistes hurler, gesticuler,

menacer et user de violence

et ils trouvent que ce sont là des signes qui ne trompent pas de la force de l’islam politique.

Tel n’est pas le cas, ce sont plutôt des signes de sa faillite…

Des signes de faillite.

Le fort ne crie pas, c’est le faible, celui qui refuse de reconnaître sa faiblesse et sa défaite,

celui-là se plaît à crier.

Cela ne veut pas dire qu’il n’est pas dangereux, au contraire,

il est même très dangereux parce qu’il se trouve dans la phase terminale du désespoir.

Même constatation au sujet des signes religieux externes qui se répandent un peu partout,

ils sont un signe de faiblesse et la preuve que les musulmans refusent de reconnaître

la crise dans laquelle ils sont plongés.« 

|

Article complet à lire sur :

http://www.arcturius.org/chroniques/un-universitaire-egyptien-predit-leffondrement-du-monde-musulman/

|

Laisser un commentaire

 

ah... et c'est quand que ça... |
régime, chats et doctorat |
skyblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | moi, ma vie, mes kilos en t...
| mon univer
| Nelly et Tony