• CHOISISSEZ VOTRE VIE

    CHOISISSEZ VOTRE VIE

    "VOUS ÊTES SUR TERRE

    POUR RAYONNER

    VOTRE VIE"

  • SOURIEZ à la VIE

    SOURIEZ à la VIE

  • CHASSEZ LE NEGATIF

    CHASSEZ LE NEGATIF

  • RESPECTEZ LA NATURE

    RESPECTEZ LA NATURE

  • RESPECTEZ LES ANIMAUX

    RESPECTEZ LES ANIMAUX

  • RESPECTEZ LES HUMAINS

    RESPECTEZ LES HUMAINS

  • PENSEZ POSITIF

    PENSEZ POSITIF

  • APPRENEZ LE MEILLEUR

    APPRENEZ LE MEILLEUR

  • DEVENEZ QUELQU’UN DE BIEN

    DEVENEZ QUELQU’UN DE BIEN

  • REPLACEZ-VOUS DANS L’UNIVERS

    REPLACEZ-VOUS DANS L’UNIVERS

  • PREPAREZ-VOUS AU « CONTACT »

    PREPAREZ-VOUS AU « CONTACT »

  • SOYEZ VOTRE BONHEUR

    SOYEZ VOTRE BONHEUR

  • QUALITA1

    qualita1

  • Catégories

  • Archives

  • TON AVENIR

    avenir

    "L'AVENIR DÉPEND

    DE CE QUE NOUS FAISONS

    DANS LE PRÉSENT."

    (Gandhi)

  • TON DEVOIR

    TON DEVOIR

    "IL FAUT FAIRE SON DEVOIR

    SANS SE SOUCIER

    DE L'OPINION

    DES AUTRES."

    (Gandhi)

  • TA FOI

    TA FOI

    "NE LAISSE JAMAIS

    UNE MAUVAISE PÉRIODE

    TE FAIRE CROIRE

    QUE TU AS

    UNE MAUVAISE VIE."

  • TA FORCE

    TA FORCE

    "CELUI QUI SOURIT

    AU LIEU DE S"EMPORTER

    EST TOUJOURS

    LE PLUS FORT."

  • TON RESPECT

    001

    "TOUT EST VIE

    SUR CETTE TERRE.

    RESPECTER LA TERRE

    C'EST RESPECTER LA VIE."

  • PAROLES PARTAGEES

    PAROLES PARTAGEES

  • Commentaires récents

JE NE VEUX PAS D’ENFANT

Posté par qualita1 le 28 mai 2015

bebe

Ne pas vouloir d’enfant est toujours un choix libre, conscient et réfléchi !

Réflexion :

|

« Pourquoi ne pas vouloir d’enfants est considéré comme anormal dans notre société ?

sachez bien faire la différence entre ne pas vouloir d’enfants et ne pas les aimer …

|

 Selon moi, les sans-enfants (par choix)

c’est probablement la minorité pensante de la société

qui se pose les bonnes questions et ne suit pas à l’aveugle les instincts parentaux

et les mouvances sociétales.

|

En exemple, l’extrait du commentaire d’une femme dans le Nouvel Observateur (11.05.12) :

[…] Aînée d’une fratrie de 3, heureuse tante de trois enfants,

je les adore, mais je n’aurai pas d’enfant. Parce que je ne veux pas d’enfants. …

 Bien sûr que je pense à l’avenir, à la vieillesse, et si je me retrouvais seule pour X raisons ?

et si et si ?

Et alors que dois-je faire : avoir un enfant sans conviction pour faire comme tout le monde ?

Faire un enfant pour qu’il me tienne compagnie quand je serai vieille ?

Faire un enfant pour que mes collègues ou copines soient rassurées

dans leur propre choix d’en avoir eu?

Je subis des récriminations depuis des décennies de la part de ma famille,

des amis, mes collègues, et même de personnes lambda qui se permettent de juger ma vie !

De quel droit ?…

|

J’entends souvent les phrases du genre « regarde comment brillent les yeux

des grands parents, regarde comment ils sont fiers… ».

Mais fait-on des enfants pour ses parents, pour qu’ils en soient fiers et contents ?

Ou est-ce qu’on fait les enfants plutôt par sa propre envie ?

Or, si on a envie d’avoir les enfants – ne serait-ce, alors, la même chose

que « ne pas en avoir envie » ?

Où est la “frontière égoïste” entre ces deux envies ? Et laquelle est plus égoïste ?

|

Les pro-enfants disent toujours ne pas avoir de regrets, de ressentir plein d’amour et de joie.

Ils affirment que les enfants « c’est le plus chiant et le meilleur » dans le même flacon.

Ils reconnaissent une (d)évolution du couple,

une organisation digne de la NASA pour faire le moindre pas avec leur progéniture.

Ils concèdent que les différences de vision d’éducation de leurs enfants

mènent aux engueulades (d’intensité et fréquence variables selon les cas et les couples).

Ils avouent de presque plus avoir de sexe.

Ils admettent de ne plus dormir et d’avoir les dépenses (ou au moins les besoins)

supérieurs à leurs revenus.

Mais ils sont malgré tout contents et ne changeraient jamais rien.

Ils vivent ce bonheur dans la joie et l’allégresse.

Et bien les sans-enfants vivent leur bonheur autrement.

Et ils ne se sentent pas démunis de l’allégresse parentale.

Ils ont choisi de la remplacer par autre chose.

|

Lorsque les parents disent à leurs enfants en âge avancé

« Si on ne vous avait pas – qu’est-ce qu’on ferait d’autres aujourd’hui ?

Qui égaierait nos jours comme vous le faites ? » – ça me met dans la stupéfaction totale.

J’ai envie de leur dire « Vous auriez pu, peut-être, faire le tour du monde 2 fois.

Vous auriez fait les choses que vous n’avez jamais faites.

Vous auriez vécu et senti autre chose et autrement.

Et ce ne serait pas pire que de mettre toute votre existence au service de l’éducation d’un,

deux ou plus d’enfants – au point de ne pas être capable d’imaginer

qu’est-ce qu’on pourrait bien faire d’autre » ! …

|

avez-vous déjà essayé de voir le problème sous un autre angle,

d’adopter un autre point de vue ?

L’appareil étatique stimule et encourage la création de la famille

(de manière fiscale et non seulement)

et ensuite la natalité (par les aides, notamment en France).

Le font-ils vraiment parce que la famille c’est beau et les enfants c’est l’avenir ?

Le font-ils pour une idéologie ? Parce que la famille c’est sacré ?

Ou pour maintenir le niveau de population et garantir la pérennité économique ?

Ou, peut-être, plutôt financière ?

Et peut-être surtout l’intérêt financier de ceux qui stimulent ce même institut familial ?

Car c’est toujours les nouveaux nés qui vont dans 20 ans

financer les châteaux de la république,

les salaires astronomiques des ministres (avec leurs cumuls de mandats)

et leurs frais de bouche avec les déplacements en première classe, voire en jets privés,

que ça soit en vacances ou pour le, soi-disant, devoir républicain.

C’est aussi eux, les enfants, qui sont nécessaires pour financer les retraites.

Notamment les vôtres.

Alors, faites-vous vos enfants pour vous garantir la retraite

et pour avoir quelqu’un qui vous poussera dans votre fauteuil roulant lorsque vous serez vieux ?

Oui, c’est très caricatural, mais dans le fond nous ne sommes pas loin de la réalité,

même si vous refusez de vous l’avouer.

|

Voyons aussi la chose d’un autre côté, auquel, j’en suis sûr, quasi personne ne pense jamais.

Si l’enfant avait le choix – peut-être qu’il ne voudrait pas naître dans VOTRE couple / famille,

peut-être qu’il ne voudrait pas naître DE NOS JOURS,

vu le monde dans lequel nous vivons.

Tous ceux qui méprisent les childfree, qu’allez-vous offrir à vos enfants aujourd’hui,

à part votre amour, qui dans leur vie ne durera que 15-20 première années ?

Et ensuite ?

Voici le monde dans lequel vous mettez vos progénitures VOUS apportant tant de joie :

7.000.000.000 de population officiellement existante depuis 2011

– on peut être sûr – on a procréé notre relève pour des centaines d’années à venir,

seulement comment on va dorénavant gérer toutes ces bouches dans un espace limité

qui est la Terre et avec ses ressources limitées

– personne ne s’en est pas posé beaucoup de questions au baby-boom ;

la montée du niveau des océans (aujourd’hui un fait incontestable et visible),

 – réduction d’habitat pour toute la faune terrestre (animaux / hommes confondus)

parallèlement au changement global du climat,

donc bouleversement du monde tel qu’on le connaît,

 – migration des populations,

conséquences inévitables :

remaniements géopolitiques et déficits de la denrée et de terres agricoles (non contaminées),

conséquences possibles : guerres civiles et d’autres répercussions « pas très roses » ;

les dettes financières accumulées pendant la « période rose » du baby-boom

ont déjà commencé à incomber sur nous aujourd’hui

et ça ne continuera qu’en se dégradant,

 – chômage à grand échelle, dégradation du niveau de vie,

difficultés de plus en plus prononcées d’accès à la propriété pour le commun des mortels,

voire famine …

Tout cela n’est pas un scénario d’Hollywood, ni l’imagination d’un esprit malade !

Allumez la télé – d’ores et déjà on prédit 11 Mrds sur terre vers 2050.

Et qu’est-ce que vous voyez en dehors des pays qui s’en sortent à peu près aujourd’hui ?

Les guerres, les migrations, la famine, la pauvreté.

Ceci étant l’environnement dans lequel vous faites « atterrir » vos petits bouts de choux. …

|

Les enfants ne choisissent pas leurs parents,

les parents pourtant peuvent le faire et le font !

Alors, qui est plus égoïste ?…

|

Sans vouloir tout mélanger et sachant pertinemment que beaucoup plus nombreuses

sont les femmes avec enfants abandonnées par leurs hommes,

je ne peux pas m’empêcher de parler de cet abus omniprésent – les aides financières.

En fait, dans les têtes de certaines couches de population « être payé », si on fait des enfants,

est devenu parfaitement normal.

Ces gens font des enfants pour percevoir de l’argent.

Les questions d’éducation et d’enseignement ne préoccupent pas leur boîtes crâniennes.

Le summum du développement sociétal, qui, il faut croire, est le reflet de la société elle-même.

Automatiquement que peut-on attendre de l’éducation des parents avec cette mentalité d’assistanat ?

Sans doute la lignée des semblables imprégnés de la même logique

(à quelques exceptions près) qui risquent de non pas améliorer le monde,

mais de continuer la même matrice dans le respect de leurs traditions familiales bien encrées.

|

(article complet à lire sur : newpointdeview.com)

|

Une Réponse à “JE NE VEUX PAS D’ENFANT”

  1. 010446g dit :

    Si tu crois que la présente
    Est le fait de ta seule pensée
    Les rats de labo démentent
    Par la science cette destinée :
    Trop entassés dans les cages
    Ils cessent de copuler
    Avortent davantage
    Perdent leurs désirs innés.
    Tu n’as pas tort de prétendre
    Que le monde est surpeuplé
    La nature peut surprendre:
    Elle suscite homosexualité
    Refus de se reproduire
    Et envies de vie quitter.
    Nul ne peut te reprocher
    Telle décision intime
    De couper l’extrémité
    ultime
    De ta lignée.

    Dernière publication sur le radeau du radotage : A ma petite poule naine

Laisser un commentaire

 

ah... et c'est quand que ça... |
régime, chats et doctorat |
skyblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | moi, ma vie, mes kilos en t...
| mon univer
| Nelly et Tony