• CHOISISSEZ VOTRE VIE

    CHOISISSEZ VOTRE VIE

    "VOUS ÊTES SUR TERRE

    POUR RAYONNER

    VOTRE VIE"

  • SOURIEZ à la VIE

    SOURIEZ à la VIE

  • CHASSEZ LE NEGATIF

    CHASSEZ LE NEGATIF

  • RESPECTEZ LA NATURE

    RESPECTEZ LA NATURE

  • RESPECTEZ LES ANIMAUX

    RESPECTEZ LES ANIMAUX

  • RESPECTEZ LES HUMAINS

    RESPECTEZ LES HUMAINS

  • PENSEZ POSITIF

    PENSEZ POSITIF

  • APPRENEZ LE MEILLEUR

    APPRENEZ LE MEILLEUR

  • DEVENEZ QUELQU’UN DE BIEN

    DEVENEZ QUELQU’UN DE BIEN

  • REPLACEZ-VOUS DANS L’UNIVERS

    REPLACEZ-VOUS DANS L’UNIVERS

  • PREPAREZ-VOUS AU « CONTACT »

    PREPAREZ-VOUS AU « CONTACT »

  • SOYEZ VOTRE BONHEUR

    SOYEZ VOTRE BONHEUR

  • QUALITA1

    qualita1

  • Catégories

  • Archives

  • TON AVENIR

    avenir

    "L'AVENIR DÉPEND

    DE CE QUE NOUS FAISONS

    DANS LE PRÉSENT."

    (Gandhi)

  • TON DEVOIR

    TON DEVOIR

    "IL FAUT FAIRE SON DEVOIR

    SANS SE SOUCIER

    DE L'OPINION

    DES AUTRES."

    (Gandhi)

  • TA FOI

    TA FOI

    "NE LAISSE JAMAIS

    UNE MAUVAISE PÉRIODE

    TE FAIRE CROIRE

    QUE TU AS

    UNE MAUVAISE VIE."

  • TA FORCE

    TA FORCE

    "CELUI QUI SOURIT

    AU LIEU DE S"EMPORTER

    EST TOUJOURS

    LE PLUS FORT."

  • TON RESPECT

    001

    "TOUT EST VIE

    SUR CETTE TERRE.

    RESPECTER LA TERRE

    C'EST RESPECTER LA VIE."

LETTRE AU pdt MACRON

Posté par qualita1 le 6 octobre 2018

mac

|

Le cri du pasteur Olivier Brès au président Macron: cessez de parler des premiers de cordée !

« Monsieur le président,

Arrêtez avec cette métaphore du premier de cordée !

Vous dites que vous y croyez beaucoup et vous la reprenez dans votre discours

sur la lutte contre la pauvreté.

Mais vous proposez une métaphore qui n’est pas du tout « vive » comme le disait Paul Ricœur.

Au contraire, votre métaphore est juste l’expression de stéréotypes

et ne génère aucun renouvellement des points de vue.

Un poids pour tous

Stéréotype, l’idée que c’est l’entrepreneur qui serait le premier de cordée, ou le riche

– ce qui est encore pire et vient confirmer votre image de président des riches.

Stéréotype, l’idée que c’est le riche qui tire toute la société et que les autres ralentiraient.

Pourquoi, dans un discours sur la pauvreté, ne vous vient-il pas à l’idée que c’est le pauvre

qui est le premier de cordée, celui qui doit trouver un chemin pour grimper,

pour faire vivre sa famille, mais aussi celui que l’on oblige à grimper à la paroi la plus difficile ?

Ou encore, vous pourriez considérer que toute société se juge à la manière dont elle traite les pauvres.

Et donc que le premier de cordée est bien le pauvre.

Ou enfin vous pourriez suggérer que notre société survit à cause de ses inégalités,

et du travail obscur (ou de l’acceptation du chômage) des plus pauvres.

Et que ce sont les riches, avec leur désir de toujours plus, qui sont un poids pour tous.

Vous pensez peut-être que je refuse de vous comprendre ?

Mais j’ai aussi écouté une autre partie de votre discours.

Il dit : « Je crois au fond à trois projets indissociables : le projet productif pour créer des emplois,

un projet éducatif et un projet solidariste, qui fait que chacune et chacun doit considérer qu’une part

de notre place dans la société est un peu d’aider l’autre. »

C’est bien la priorité économique et même productiviste qui vous anime.

Triste révélation supplémentaire de votre soumission aux forces économiques

qui sont aujourd’hui des forces financières.

Mais ce qui me frappe, c’est votre compréhension d’un « projet solidariste ».

Le solidarisme, ce serait d’un peu aider l’autre. Voilà qui ferait se retourner dans leurs tombes

les solidaristes du siècle dernier.

Reconnaissance

Il s’agissait pour eux que nous reconnaissions d’abord ce que nous devons aux autres,

aux apports des générations précédentes, au travail de nos contemporains,

et d’organiser une économie plus coopérative où chacun puisse trouver sa place.

Il ne s’agissait pas de condescendre à aider – un peu – l’autre.

Arrêtez cette métaphore qui augmente les prétentions des riches et le mépris des pauvres.

Cherchez donc avec vos communicants une métaphore vraiment « vive », qui anime les uns et les autres. »

|

(Olivier Brès)

|

 

Laisser un commentaire

 

ah... et c'est quand que ça... |
régime, chats et doctorat |
skyblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | moi, ma vie, mes kilos en t...
| mon univer
| Nelly et Tony