• CHOISISSEZ VOTRE VIE

    CHOISISSEZ VOTRE VIE

    "VOUS ÊTES SUR TERRE

    POUR RAYONNER

    VOTRE VIE"

  • SOURIEZ à la VIE

    SOURIEZ à la VIE

  • CHASSEZ LE NEGATIF

    CHASSEZ LE NEGATIF

  • RESPECTEZ LA NATURE

    RESPECTEZ LA NATURE

  • RESPECTEZ LES ANIMAUX

    RESPECTEZ LES ANIMAUX

  • RESPECTEZ LES HUMAINS

    RESPECTEZ LES HUMAINS

  • PENSEZ POSITIF

    PENSEZ POSITIF

  • APPRENEZ LE MEILLEUR

    APPRENEZ LE MEILLEUR

  • DEVENEZ QUELQU’UN DE BIEN

    DEVENEZ QUELQU’UN DE BIEN

  • REPLACEZ-VOUS DANS L’UNIVERS

    REPLACEZ-VOUS DANS L’UNIVERS

  • PREPAREZ-VOUS AU « CONTACT »

    PREPAREZ-VOUS AU « CONTACT »

  • SOYEZ VOTRE BONHEUR

    SOYEZ VOTRE BONHEUR

  • QUALITA1

    qualita1

  • Catégories

  • Archives

  • TON AVENIR

    avenir

    "L'AVENIR DÉPEND

    DE CE QUE NOUS FAISONS

    DANS LE PRÉSENT."

    (Gandhi)

  • TON DEVOIR

    TON DEVOIR

    "IL FAUT FAIRE SON DEVOIR

    SANS SE SOUCIER

    DE L'OPINION

    DES AUTRES."

    (Gandhi)

  • TA FOI

    TA FOI

    "NE LAISSE JAMAIS

    UNE MAUVAISE PÉRIODE

    TE FAIRE CROIRE

    QUE TU AS

    UNE MAUVAISE VIE."

  • TA FORCE

    TA FORCE

    "CELUI QUI SOURIT

    AU LIEU DE S"EMPORTER

    EST TOUJOURS

    LE PLUS FORT."

  • TON RESPECT

    001

    "TOUT EST VIE

    SUR CETTE TERRE.

    RESPECTER LA TERRE

    C'EST RESPECTER LA VIE."

MON APPARENCE ET MON MOI

Posté par qualita1 le 23 novembre 2018

hh

|

« Les jours se suivent et je me meurs un peu plus chaque jour.

Ne m’accuse pas de pessimiste.

Tous les jours mon corps suit un programme biologique qui part de la naissance

et le mène inexorablement à la fin de sa vie physique.

J’enfile ainsi chaque matin mon nom et mon prénom, ma combinaison éducationnelle et sociale,

religieuse et comportementale, legs hérités de ma programmation humaine.

J’arrange également mon apparence, fruit hérité de mon patrimoine génétique.

Je n’oublie pas de me couvrir de mon statut marital

et prends garde à lever bien haut le badge de mes compétences professionnelles,

sans qui je serai considéré(e) comme un(e) déchu(e) au sein des structures sociales

et professionnelles créées par et pour nous.

Ces vêtements trop lourds m’encombrent, m’étouffent mais je ne m’en rends pas compte tout le temps.

Ils me permettent tous les jours d’oublier qui je suis et d’être un objet conforme.

Ces vêtements font de moi une création, l’oeuvre des autres.

Je suis une oeuvre qui souffre, un humain d’en dehors.

Quand les écrans s’éteignent, quand la lune affiche une lueur dans l’infini,

je me souviens de l’humain dans dedans.

Quelque part dans la cage thoracique quelque chose fait mal

et je sais qu’un dysfonctionnement de mes organes n’est pas à l’origine de ce mal.

Il s’agit seulement de mon moi dans-dedans qui cogne pour se faire sentir.

Il a eu tant de noms, tant de vêtements à porter que lui voudrait se souvenir plus que moi encore

de qui il est. Je l’étouffe et ces vêtements que je pose sur nous tous les jours l’étouffent davantage.

Quand j’arrive à entendre le son étouffé que substitue sa voix, je le perçois désœuvré.

Il me demande si j’attends seulement la mort de cette vie.

Il demande pourquoi ce corps ne vibre pas en paix et en amour. Il demande si je sais pourquoi je suis ici.

Je réponds que non.

Avec tous ces vêtements, je ne sais plus.

Il me rassure et me dit que ce n’est pas grave.

Il me dit: “ observe celui qui sauve la vie d’un inconnu au péril de la sienne.

Vois celui qui se baisse au niveau de l’enfant et lui dit “tu arriveras à grandir malgré tout”.

Admire celui qui respecte la pièce fragile du complexe sans chercher à l’écraser, l’avaler

ou se divertir de sa faiblesse ».

Il ajoute: ”surtout prends le temps de t’arrêter sur celui qui te regarde comme un égal

et souhaite t’aimer et te respecter comme lui-même.

Dans l’oeil de l’autre tu ne verras plus la dualité sinon la combinaison d’un ensemble parfait.

Et tu te souviendras”.

Il y a l’humain dans dehors et l’humain dans dedans.

Il y a celui qui enfile son épaisse combinaison et celui qui décide de la laisser au sol

et de marcher droit devant, épuré de l’oeuvre d’influence des autres.

Il devient sa propre oeuvre. Conscient et Parfait.

Il lui suffit ensuite de réapprendre à marcher.

Un pas à la fois. »

|

(AXC)

|

Laisser un commentaire

 

ah... et c'est quand que ça... |
régime, chats et doctorat |
skyblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | moi, ma vie, mes kilos en t...
| mon univer
| Nelly et Tony