• CHOISISSEZ VOTRE VIE

    CHOISISSEZ VOTRE VIE

    "VOUS ÊTES SUR TERRE

    POUR RAYONNER

    VOTRE VIE"

  • SOURIEZ à la VIE

    SOURIEZ à la VIE

  • CHASSEZ LE NEGATIF

    CHASSEZ LE NEGATIF

  • RESPECTEZ LA NATURE

    RESPECTEZ LA NATURE

  • RESPECTEZ LES ANIMAUX

    RESPECTEZ LES ANIMAUX

  • RESPECTEZ LES HUMAINS

    RESPECTEZ LES HUMAINS

  • PENSEZ POSITIF

    PENSEZ POSITIF

  • APPRENEZ LE MEILLEUR

    APPRENEZ LE MEILLEUR

  • DEVENEZ QUELQU’UN DE BIEN

    DEVENEZ QUELQU’UN DE BIEN

  • REPLACEZ-VOUS DANS L’UNIVERS

    REPLACEZ-VOUS DANS L’UNIVERS

  • PREPAREZ-VOUS AU « CONTACT »

    PREPAREZ-VOUS AU « CONTACT »

  • SOYEZ VOTRE BONHEUR

    SOYEZ VOTRE BONHEUR

  • QUALITA1

    qualita1

  • Catégories

  • Archives

  • TON AVENIR

    avenir

    "L'AVENIR DÉPEND

    DE CE QUE NOUS FAISONS

    DANS LE PRÉSENT."

    (Gandhi)

  • TON DEVOIR

    TON DEVOIR

    "IL FAUT FAIRE SON DEVOIR

    SANS SE SOUCIER

    DE L'OPINION

    DES AUTRES."

    (Gandhi)

  • TA FOI

    TA FOI

    "NE LAISSE JAMAIS

    UNE MAUVAISE PÉRIODE

    TE FAIRE CROIRE

    QUE TU AS

    UNE MAUVAISE VIE."

  • TA FORCE

    TA FORCE

    "CELUI QUI SOURIT

    AU LIEU DE S"EMPORTER

    EST TOUJOURS

    LE PLUS FORT."

  • TON RESPECT

    001

    "TOUT EST VIE

    SUR CETTE TERRE.

    RESPECTER LA TERRE

    C'EST RESPECTER LA VIE."

VOTRE VRAIE VALEUR

Posté par qualita1 le 3 juillet 2012

Image de prévisualisation YouTube

|

« Combien de fois dans notre vie sommes-nous jetés par terre,

écrasés, froissés, salis par des insultes, des critiques

et des décisions que d’autres prennent … ?

On se sent comme si on n’avait plus de valeur.

Mais peu importe ce qui vous est arrivé

ou ce qui vous arrivera

vous ne perdrez jamais votre vraie valeur.

Tout sale ou tout propre

froissé ou sur votre trente-six

vous serez toujours inestimable aux yeux de ceux qui vous aiment vraiment.

La valeur de votre vie ne vient pas de l’extérieur

mais de l’intérieur ! »

|

(Peter Moore)

|

Publié dans TEXTE A REFLECHIR | Pas de Commentaire »

C’EST QUOI UNE BONNE MERE ?

Posté par qualita1 le 29 mai 2012

C'EST QUOI UNE BONNE MERE ? dans TEXTE A REFLECHIR mereparfaite-300x224

|

Oui … c’est quoi une bonne mère ?

C’est quoi une mère parfaite ?

|

Selon J. Levivier :

« Une mère parfaite est prudente,  juste,  forte et fait preuve de tempérance.

|

Prudente :

elle discerne le bien et choisit les bons moyens pour l’accomplir.

Pas facile de savoir qu’elle est la juste mesure

pour que l’autorité ne vire pas à l’autoritarisme,

l’exigence au despotisme,

l’autonomie au laisser-aller

ou la confiance à la naïveté !

|

Juste :

elle donne à chacun selon ses vrais besoins …

|

Forte :

elle est ferme et constante.

Elle fait face aux épreuves, aux échecs,

aux rebellions de l’équipage,

aux doudous égarés, aux mauvaises notes,

aux vêtements déchirés,

aux petits et grands bobos du corps ou de l’âme …

|

Tempérante :

elle maîtrise ses émotions

et aide ses enfants à faire de même,

elle maintient les réactions pulsionnelles dans les limites du respect des autres …

|

Une bonne mère essaie de vivre ce que chaque jour lui apporte,

dans la confiance et dans l’espérance.

|

Une bonne mère est surtout une mère aimante.

Dans les moindres petites choses de la vie quotidienne, elle fait tout avec amour.

|

Donc, c’est clair

une bonne mère doit être une mère prudente, juste, forte, tempérante.

Elle vit et transmet les vertus de l’Amour, de l’Espérance et du Respect !

|

Publié dans TEXTE A REFLECHIR | Pas de Commentaire »

C’EST QUOI le SECRET du BONHEUR ?

Posté par qualita1 le 25 mai 2012

C'EST QUOI le SECRET du BONHEUR ? dans TEXTE A REFLECHIR pereaneenfant-300x300

|

Le secret du bonheur

|

« Un enfant demande à son père :

- Dis papa , quel est le secret pour être heureux ?

|

Alors le père demande à son fils de le suivre.

Ils sortent de la maison, le père sur leur vieil âne et le fils suivant à pied.

Et les gens du village de dire :

- Mais quel mauvais père qui oblige son fils  à aller à pied !

-Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison, dit le père.

*

Le lendemain, ils sortent de nouveau, le père ayant installé son fils sur l’âne

et lui marchant à côté.

Les gens du village dirent alors :

- Quel fils indigne, qui ne respecte pas son vieux père et le laisse aller à pied !

- Tu as entendu,  mon fils ? rentrons à la maison.

*

Le jour suivant, ils s’installent tous les deux sur l’âne avant de quitter la maison.

Les villageois commencèrent en disant :

- Ils ne respectent pas leur bête à la surcharger ainsi !

- Tu as entendu, mon fils ? Rentrons à la maison.

*

Le jour suivant, ils partirent en portant eux-mêmes leurs affaires,

l’âne trottinant derrière eux.

Cette fois les gens du village y trouvèrent encore à redire :

- Voilà qu’ils portent eux-mêmes leurs bagages maintenant !

C’est le monde à l’envers !

- Tu as entendu, mon fils ? Rentrons à la maison.

*

Arrivés à la maison, le père dit à son fils :

- Tu me demandais l’autre jour le secret du bonheur.

Peu importe ce que tu fais,

il y aura toujours quelqu’un pour y trouver à redire.

Alors fais ce que tu crois devoir faire

et tu seras heureux.

|

(auteur ?)

|

Publié dans TEXTE A REFLECHIR | Pas de Commentaire »

SORTIR DE LA MATERIALITE

Posté par qualita1 le 21 mai 2012

SORTIR DE LA  MATERIALITE dans TEXTE A REFLECHIR sortirmaterialite-300x272

Extrait d’un texte trouvé sur :

 http://www.autresdimensions.com/article.php?produit=1449

|

Question :

« Bien ancrée dans la matérialité, le Soi me paraît inaccessible.

L’Absolu n’est même pas conceptualisable, concevable.

J’éprouve, en ce moment (à la lecture de vos enseignements),

un sentiment de découragement et, même, de rejet.

Qu’est-ce qui, dans la personnalité, s’oppose et comment le dépasser ? »

|

Réponse :

« Tu l’as dit toi-même :

ta matérialité, le fait de vouloir conceptualiser ce qui ne peut être conceptualisé.

Donc, bien sûr que la matérialité et la personnalité vont rejeter.

Tu ne peux pas conserver le point de vue de la personnalité et accepter cela.

Si tu affirmais cela, cela serait faux.

Ce que tu dis est juste. Tu n’es pas prête à lâcher ce que tu crois être.

Tu es, viscéralement, attachée à ta personne.

Et donc, étant attachée, pour quelle raison

voudrais-tu accéder à quelque chose qui te libèrerait ?

Aucun concept, aucune idée, aucune joie, ne peut sortir de là.

Ne cherche pas à conceptualiser, ni, encore moins, à accepter.

Parce que tu ne peux pas l’accepter.

Il te faut, d’abord, sortir de l’enfer :

c’est-à-dire de ton enfermement :

de te croire ce corps,

de vouloir posséder quoi que ce soit.

Tu ne possèdes même pas ton corps car tu n’es pas lui.

Quand tu accepteras que ce corps n’est qu’un enfermement (une illusion, une apparence),

alors tu pourras te poser la question du concept ou de l’idée.

C’est justement le fait de croire comprendre ce corps (ses actions, ta vie)

qui t’enferme dans le limité, parce que tu as peur.

L’Amour n’est pas la peur.

Tu auras beau aimé ton corps, il ne te permettra pas de dépasser le corps.

Tu as beau essayer d’aimer la personnalité,

de la transformer en quelque chose de meilleur.

Mais ce n’est pas toi qui agis ainsi, dans ton Éternité.

C’est parce que tu es identifiée, à l’excès, au limité.

|

Mais ton corps est limité dans le temps et dans l’espace (dans cette durée).

Il n’a pas besoin de toi pour exister :

il existe ailleurs.

|

Le meilleur service que tu puisses lui rendre,

c’est de le laisser évoluer seul (sans interférer)

et tu constateras, alors, qu’aucune manifestation physique ne peut apparaître.

C’est toi-même qui crée tes propres manifestations physiques.

Il n’y a pas de karma. Il n’y a pas de cause, excepté toi-même.

C’est ça que tu refuses de voir en face.

Donc, tu vas chercher ailleurs : dans un hier, dans une cause.

Et tu maintiens, ainsi, dans les cadres de ce corps, l’action / réaction.

Et tu crois que tu vas pouvoir te débarrasser de cette action / réaction

en comprenant la réaction à l’action.

Mais d’où est venue la première action, si ce n’était déjà une réaction ?

Tu es, déjà, enfermée et tu t’enfermes encore plus.

|

Aimer, c’est être Libre. Ce n’est pas s’enfermer.

C’est ouvrir ce qui est fermé. C’est ne plus accepter d’être fermé ou enfermé.

Il n’y a aucune solution tant que tu es dans la prison,

même si tu mets des beaux rideaux, même si tu changes le mobilier,

même si tu changes de pensées, même si tu comprends.

Je t’invite à ne plus comprendre.

Je t’invite à laisser toute forme de connaissance de ce qui existe dans ce monde.

Parce que, sinon, tu vas renforcer les résistances.

Tu vas renforcer la souffrance alors que tu crois t’en libérer.

Sors de la prison, d’abord.

Vois la prison.

Il n’y a pas de clé cachée à l’intérieur de la prison.

C’est toi qui donne corps à la prison,

par la volonté de comprendre,

par la volonté de saisir ce qui n’appartient qu’à cette prison elle-même.

L’Amour n’est pas là.

Il est un étage au-dessus (si je peux m’exprimer ainsi).

L’Amour n’est pas dans la prison.

|

Tant que tu vises une perfection de ce corps, de cette personne, tu es dans l’illusion,

dans quelque chose qui passera.

La seule satisfaction durable est Éternelle : elle est Absolu.

Elle est éphémère dans le Soi.

Tant que tu crois et espère qu’en améliorant quoi que ce soit de ce corps,

de ses pensées, ou d’accepter un concept (qui n’est pas conceptualisable)

ou d’admettre une idée (dont tu ne peux avoir idée),

tu te leurres toi-même.

|

Alors, bien sûr que tu rejettes ce que je dis et tu ne peux que le rejeter.

Mais pose-toi la question de qui rejette :

bien évidemment, ce qui est limité,

ce qui refuse de voir les limites et les cadres tomber

parce qu’il y a un attachement viscéral à la matérialité

dans ce qu’elle a de plus solide apparence, de plus permanente apparence.

Mais tout cela ne sont que des apparences.

Si tu regardes, objectivement, ton sac de nourriture périra.

Que vas-tu devenir, à ce moment là ?

Comment vas-tu envisager la matière ?

Quelle matière quand il n’y a plus de matière (pas celle que tu connais) ?

|

C’est comme si tu voulais élever un immeuble très élevé

sur un sol parfaitement instable (que tu crois stable).

Tu crois que tu peux renforcer le sol, changer le sol, mais c’est faux.

Si l’hypothèse de départ est fausse,

tu ne bâtiras que sur des sables mouvants et l’immeuble s’enfoncera.

Il n’y a rien à construire. Il y a tout à déconstruire, par la réfutation.

Mais la matérialité s’y refuse, comme le mental

parce qu’il n’y a que le mental pour te faire croire à la matérialité.

Il n’y a rien de valide, là-dedans.

Ce ne sont que des idées, que des concepts faux.

Pourquoi adhères-tu à des concepts et des idées qui sont fausses ?

Là est la cause de la souffrance et du maintien de l’illusion.

Si tu entends ce que je te dis,

alors le rejet sera encore plus fort.

Mais je peux t’affirmer que le rejet et la violence sont la bonne voie,

tant que tu es dans la prison.

Ce n’est pas en pacifiant ce qui est illusoire,

ce n’est pas en rassurant ce qui est illusoire,

ce n’est pas en ornant la prison, que tu vas sortir de prison.

Tu améliores le cadre mais tu ne supprimes pas le cadre.

La Liberté est ailleurs.

Comment peux-tu prétendre être Libre, ou être mieux,

dans ce qui est éphémère, dans ce qui est enfermé, dans ce qui est limité ?

Ne vois-tu pas, par toi-même, les oscillations qui vont d’un mur à l’autre,

d’une interrogation à une autre ?

Tu n’es pas cela : tu es la Liberté, tu es Amour.

Tout le reste n’a aucune consistance.

Et surtout pas la matérialité.

Ce sont les sables mouvants les pires.

Élève ton regard. Élève-toi

et tu verras que l’immeuble se construit indépendamment de tout ce que tu décides.

|

Abandonne cette peur, ce besoin de contrôler ou de se sécuriser dans la matérialité.

Ça n’a aucun sens. Ce n’est que poids. Ce n’est que densité.

Il y a une peur de ce qui est élevé.

En définitive, tu cherches la Liberté mais tu as peur de la Liberté.

Tu voudrais que la Liberté se trouve dans la matière : oublie cela.

Essaie de voir autrement.

L’amour de la matière n’est pas l’Amour puisque la matière est Amour, déjà.

Elle n’a pas besoin de ton amour.

  L’illusion est Amour.

Mais elle n’a pas besoin de toi : c’est un rêve, une projection, une illusion.

Tu veux donner du poids à ce qui a déjà trop de poids.

Qui t’oblige à agir ainsi ?

Qu’est-ce qui, en toi, s’oppose à ta Libération qui est déjà là ?

Continue à rejeter, continue à refuser :

ça crée des forces de friction dans la Dualité, dans l’action / réaction.

Alors, la prison brûlera.

Celui qui arrive au bout d’un cul de sac fait nécessairement demi-tour

pour s’apercevoir qu’il n’y a pas de cul de sac ni de route.

Mais il faut avoir créé la route et le cul de sac, avant, pour réaliser que cela n’est rien.

|

L’Absolu n’est ni concept, ni idée, ni quoi que ce soit mais il les inclut.

Il n’y a pas d’exclusion : c’est toi qui t’exclus de l’Absolu.

Il a toujours été là.

En voulant en avoir une idée, en voulant le conceptualiser,

tu veux l’enfermer dans l’Illusion.

L’Absolu laisse libre l’illusion : il l’inclut.

Ce n’est pas tout à fait la même chose.

Ce n’est pas le même mouvement. Ce n’est pas la même immobilité.

Vois-tu ce que je veux dire ? Et ne me réponds pas.

Reste en toi (dans tes certitudes) et regarde ce que je t’ai dit.

Après, relis-le et tu seras bien obligée de conclure et de voir

où se trouve l’absurde et l’absurdité.

Tu n’es pas cela. Tu n’es ni absurde, ni absurdité.

Et encore moins matière. Encore moins physique.

Pourquoi vouloir croire à ce qui n’est pas vrai ?

Pourquoi en faire une vérité qui n’a aucun sens, aucune logique ?

D’où cela vient ? D’où cela t’est venu ?

C’est très simple : tu revendiques être attachée à ce qui te fait le plus peur :

l’incarnation.

Il y a donc une non incarnation, contrairement à ce que tu définis.

Et le corps se manifeste pour te montrer ta non incarnation :

là est l’enfermement.

Nulle part ailleurs. Parce qu’à force de vouloir voir les choses telles qu’elles sont,

tu ne vois qu’une apparence,

que ce que te donne à voir ton mental (et tes concepts et tes idées).

Abandonne les idées et les concepts :

tu verras qu’il n’y a pas de prison si ce n’est celle que tu as construite. »

|

(Bidi)

|

Publié dans TEXTE A REFLECHIR | Pas de Commentaire »

13 PRINCIPES POUR ÊTRE HEUREUX

Posté par qualita1 le 2 mai 2012

Image de prévisualisation YouTube

|

« La différence entre un personne dite chanceuse et une autre qui ne l’est pas

sera principalement due au fait que

l’une aura développé des qualités

pendant que l’autre entretiendra ses défauts … »

|

(S.Coste)

|

Publié dans TEXTE A REFLECHIR | Pas de Commentaire »

OSEZ ÊTRE LA DOUCEUR

Posté par qualita1 le 8 avril 2012

 

osez.jpg

|

(Jasrah@lechantdesanges.net)

|

« Osez la douceur pour vous-même.

Osez vous faire du bien.

Osez faire ce qui vous plait.

Osez aller dans votre chemin de lumière.

Osez être ce que vous êtes.

Osez être léger.

Osez être souple.

Osez attendre le bon moment.

Osez être patient.

Osez prendre le temps de vivre.

Osez danser.

Osez prendre soin de votre corps physique.

Osez être vous en tout temps. »

*

Publié dans TEXTE A REFLECHIR | Pas de Commentaire »

TRANSITION

Posté par qualita1 le 5 avril 2012

demain.jpg

|

Dans le livre « Transition » que je suis en train de lire

j’ai relevé ces quelques phrases :

|

« un jour viendra , d’ici deux générations »

 …

« les dirigeants seront élus en raison de leur compassion

et de leur attitude bienveillante envers les gens

et non plus seulement pour leur popularité ou leur charisme. »

 » l’Afrique rivalisera économiquement avec la Chine »

« une très vieille religion orientale renaîtra.

Elle évangélisera en proposant des systèmes qui fonctionnent

et des idées qui créent l’harmonie. »

« les jeunes deviendront les dirigeants.

Ils auront un plan conceptuel très différent de la vieille énergie.

Ils comprendront parfaitement que la violence n’instaure pas la paix. »

Alors j’espère pour dans deux générations !!!!

*

Publié dans TEXTE A REFLECHIR | Pas de Commentaire »

DES AMIS TOURNENT LE DOS

Posté par qualita1 le 29 novembre 2010

tournerledos.jpg

|

Texte trouvé chez  http://ducielalaterre.org

|

« Des amis qui tournent le dos »

« Pour quelle raison certaines personnes qui font un chemin spirituel important

ou qu’elles trouvent important ont-elles l’impression

qu’elles font peur aux personnes qui sont autour d’elles

et pourquoi perdent-elles ainsi des amis ?

|

« Nous allons répondre à ta question

parce qu’elle nous paraît relativement importante.

A partir du moment où vous empruntez le chemin de votre propre transformation,

 un chemin d’ouverture vers l’Amour et la Fraternité,

 vous n’avez plus la même fréquence vibratoire.

De plus il y a incompréhension et peur

par rapport à ceux qui ne sont encore pas prêts à prendre ce chemin.

A partir ce de moment, ils fuient ceux qu’ils ne comprennent pas

et qui peuvent les apeurer.

Il faut accepter que ceux qui ont eu une grande amitié pour vous

puissent vous tourner le dos parce que vous n’empruntez plus le même chemin.

Eux prennent un chemin tranquille,

rassurant, un chemin où ils ne se posent pas de questions

parce qu’ils ne sont pas prêts à entendre les réponses.

Vous, vous empruntez un chemin parce que vous désirez avancer

et même vous poser des questions pour avoir des réponses.

S’il émane de vous beaucoup d’Amour,

même par rapport à ces personnes là,

elles ne vous oublieront pas et vous leur aurez peut-être permis,

d’une certaine manière, à un moment où à un autre,

de se poser la bonne question

et d’avancer sur un chemin parallèle à celui que vous suivez.

Le contact avec l’Amour et la Fraternité peut réellement accomplir des miracles.

Ne l’oubliez pas ! »

(Monique Mathieu )

*

Eh bien  :

Bon vent à tous ceux qui m’ont, un jour ou l’autre,  tourné le dos !

Bon vent à tous ceux qui sont dans l’autre chemin !

Bon vent à tous ceux que je ne retrouverais jamais !

Bon vent à tous ceux que j’ai côtoyé !

Bon vent à tous ceux que je n’ai pas supporté !

Bon vent à cette vie terrestre si illusoire et désolée !

Bon vent à cette famille !

Bon vent à toutes ces rencontres fatigantes et futiles !

Bon vent au passé !

Vive l’avenir plus joyeux !

Et …

vive le moment où je vous tourne, moi aussi,  le dos !

|

Amitiés

|

Publié dans TEXTE A REFLECHIR | Pas de Commentaire »

CHANGER LA SOCIETE

Posté par qualita1 le 28 novembre 2010

changement.jpg

|

« … La structure de la société telle qu’elle est … est horrible,

avec ses interminables guerres d’agression,

que l’agression soit défensive ou offensive.

Ce dont nous avons besoin c’est de quelque chose de totalement neuf :

une révolution, une mutation de la psyché elle-même.

Le vieux cerveau ne peut absolument pas résoudre

le problème des relations humaines.

Le vieux cerveau est asiatique, européen, américain ou africain.

*

Demandons-nous encore une fois …

s’il est possible à un être humain qui vit quotidiennement une existence ordinaire

 dans ce monde brutal, violent, cruel, …

s’il lui est possible de provoquer une révolution,

non seulement dans ses rapports extérieurs,

mais dans le champ de son penser, sentir, agir, réagir.

Nous nous demandons, en somme,

s’il est possible de provoquer une mutation des cellules cérébrales elles-mêmes. »

*

« Tous les jours nous lisons que des actes épouvantables

sont commis dans le monde, comme conséquence de la violence de l’homme.

Vous pouvez dire :

« je n’y peux rien »

ou

« comment pourrais-je influencer le monde ? ».

Je pense que vous pouvez l’influencer considérablement si, en vous-mêmes,

vous n’êtes pas violents,

si vous menez réellement, chaque jour,

une vie paisible, non compétitive, une vie sans ambition ni envie,

qui ne crée pas d’inimitiés.

De petits feux peuvent devenir un brasier. »

*

« Nous avons réduit ce monde à un état de chaos par nos activités égocentriques,

par nos préjugés, nos haines, nos nationalismes,

et lorsque nous disons que nous n’y pouvons rien,

nous acceptons le désordre en nous-mêmes comme étant inévitables.

Nous avons brisé ce monde en morceaux

et si nous-mêmes sommes brisés,fragmentés,

nos rapports avec le monde le seront aussi. »

*

« En somme, tout mouvement valable,

toute action ayant une vraie portée

doivent commencer en chacun de nous.

Je dois, pour commencer, me changer moi-même. »

|

(krishnamurti)

|

Publié dans TEXTE A REFLECHIR | Pas de Commentaire »

TÂCHEZ D’ÊTRE HEUREUX

Posté par qualita1 le 23 novembre 2010

heureux.jpg

|

« Tâchez d’être heureux.

Allez tranquillement parmi le vacarme et la hâte,

et souvenez-vous de la paix qui peut exister dans le silence.

Sans aliénation, vivez autant que possible en bons termes avec toutes personnes.

Dites doucement et clairement votre vérité,

et écoutez les autres,

même le simple d’esprit et l’ignorant :

ils ont eux aussi leur histoire.

Évitez les individus bruyants et agressifs, ils sont une vexation pour l’esprit.

Ne vous comparez avec personne,

vous risqueriez de devenir vain ou vaniteux.

Il y a toujours plus grands et plus petits que vous.

Jouissez de vos projets aussi bien que de vos accomplissements.

Soyez toujours intéressés à votre carrière, si modeste soit-elle :

c’est une véritable possession dans les prospérités changeantes du temps.

Soyez prudent dans vos affaires :

car le monde est plein de fourberies.

Mais ne soyez pas aveugle en ce qui concerne la vertu qui existe :

plusieurs individus recherchent les grands idéaux,

et partout la vie est remplie d’héroïsme.

Soyez vous-mêmes.

Surtout n’affectez pas l’amitié.

Non plus ne soyez cynique en amour,

car il est en face de toute stérilité et de tout désenchantement

 aussi éternel que l’herbe.

Prenez avec bonté le conseil des années,

en renonçant avec grâce  à votre jeunesse.

Fortifiez une puissance d’esprit

pour vous protéger en cas de malheur soudain.

Mais ne vous chagrinez pas avec vos chimères.

De nombreuses peurs naissent de la fatigue et de la solitude.

Au-delà d’une discipline saine, soyez doux avec vous-même.

Vous êtes un enfant de l’univers,

pas moins que les arbres et les étoiles :

vous avez le droit d’être ici.

Et qu’il vous soit clair ou non,

l’univers se déroule sans doute comme il le devrait.

Soyez en paix avec Dieu, quelle que soit votre conception d’elle ou de lui,

et quelles que soient vos peines et vos rêves,

gardez votre désarroi bruyant de la vie,

la paix dans votre âme.

Avec toutes ses perfidies, ses besognes fastidieuses et ses rêves brisés,

le monde est pourtant beau.

Soyez positif et attentif aux autres.

Tâchez d’être heureux.

*

(Max Ehrmann)

* 

Publié dans TEXTE A REFLECHIR | Pas de Commentaire »

1...1314151617...22
 

ah... et c'est quand que ça... |
régime, chats et doctorat |
skyblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | moi, ma vie, mes kilos en t...
| mon univer
| Nelly et Tony