• CHOISISSEZ VOTRE VIE

    CHOISISSEZ VOTRE VIE

    "VOUS ÊTES SUR TERRE

    POUR RAYONNER

    VOTRE VIE"

  • SOURIEZ à la VIE

    SOURIEZ à la VIE

  • CHASSEZ LE NEGATIF

    CHASSEZ LE NEGATIF

  • RESPECTEZ LA NATURE

    RESPECTEZ LA NATURE

  • RESPECTEZ LES ANIMAUX

    RESPECTEZ LES ANIMAUX

  • RESPECTEZ LES HUMAINS

    RESPECTEZ LES HUMAINS

  • PENSEZ POSITIF

    PENSEZ POSITIF

  • APPRENEZ LE MEILLEUR

    APPRENEZ LE MEILLEUR

  • DEVENEZ QUELQU’UN DE BIEN

    DEVENEZ QUELQU’UN DE BIEN

  • REPLACEZ-VOUS DANS L’UNIVERS

    REPLACEZ-VOUS DANS L’UNIVERS

  • PREPAREZ-VOUS AU « CONTACT »

    PREPAREZ-VOUS AU « CONTACT »

  • SOYEZ VOTRE BONHEUR

    SOYEZ VOTRE BONHEUR

  • QUALITA1

    qualita1

  • Catégories

  • Archives

  • TON AVENIR

    avenir

    "L'AVENIR DÉPEND

    DE CE QUE NOUS FAISONS

    DANS LE PRÉSENT."

    (Gandhi)

  • TON DEVOIR

    TON DEVOIR

    "IL FAUT FAIRE SON DEVOIR

    SANS SE SOUCIER

    DE L'OPINION

    DES AUTRES."

    (Gandhi)

  • TA FOI

    TA FOI

    "NE LAISSE JAMAIS

    UNE MAUVAISE PÉRIODE

    TE FAIRE CROIRE

    QUE TU AS

    UNE MAUVAISE VIE."

  • TA FORCE

    TA FORCE

    "CELUI QUI SOURIT

    AU LIEU DE S"EMPORTER

    EST TOUJOURS

    LE PLUS FORT."

  • TON RESPECT

    001

    "TOUT EST VIE

    SUR CETTE TERRE.

    RESPECTER LA TERRE

    C'EST RESPECTER LA VIE."

MESSAGE AUX MUSULMANS

Posté par qualita1 le 10 février 2015

Image de prévisualisation YouTube

|

Quand une femme musulmane parle vrai,  on l’écoute …

|

« Pourquoi je devrais me voiler, pourquoi je devrais me cacher ?

Qu’est-ce que tu vois,  l’esprit de satan,  un objet du désir des hommes ?

Le voile avait été conseillé il y a très longtemps

pour distinguer les femmes vertueuses des esclaves,

pour qu’elles soient respectées.

En ce temps-là une femme qui n’était pas voilée était considérée comme esclave,

ce qui voulait dire une femme facile à posséder.

Aujourd’hui, grâce à Dieu il n’y a plus d’esclave,

aujourd’hui ici toutes les femmes sont libres … »

|

(film « la source des femmes »)

|

Publié dans TEXTE A REFLECHIR | Pas de Commentaire »

POUR CHANGER LE MONDE

Posté par qualita1 le 9 février 2015

94

|

« La personne responsable commence toujours par donner l’exemple

du changement qu’elle veut voir opérer dans le monde;

la personne irresponsable, elle, se plaint et trouve des excuses.

|

J’aimerais partager avec vous un des plus grands secrets du succès.

Bien des gens connaissent très bien ce principe,

mais pourtant, bien peu de gens le mettent en application. « Pourquoi? »; me direz-vous?

Tout simplement parce qu’il demande des efforts.

|

Comme parent,

il est fort probable que vous désirez ce qu’il y a de mieux pour vos enfants.

Vous désirez qu’ils soient en bonne santé,

qu’ils aient confiance en eux,

qu’ils fréquentent l’école le plus longtemps possible,

qu’ils obtiennent de bonnes notes,

qu’ils développent de bonnes relations d’amitié,

qu’ils ne soient aucunement dépendants de la drogue ou de la boisson,

qu’ils soient autonomes,

qu’ils décrochent un emploi qui les passionne

et qu’ils deviennent financièrement indépendants?

Facile, il s’agit de commencer par donner l’exemple.

|

Comme conjoint, vous aimeriez peut-être que votre partenaire de vie soit plus présent,

à l’écoute, attentionné, ouvert d’esprit, spirituel, doux, chaleureux,

rangé, organisé et responsable financièrement?

Facile, il s’agit de commencer par donner l’exemple.

|

Vous aimeriez que vos amis retournent vos appels plus rapidement,

qu’ils vous invitent plus souvent dans des sorties avec eux,

qu’ils s’intéressent davantage à vous et qu’ils vous écoutent plus?

Facile, il s’agit de commencer par donner l’exemple

|

Comme patron, vous désirez probablement ce qu’il y a de mieux pour vos employés.

Vous désirez des employés enthousiastes et motivés.

Vous désirez qu’ils soient honnêtes et travailleurs.

Vous désirez qu’ils arrivent à l’heure prévue et qu’ils ne quittent pas avant l’heure prévue.

Vous désirez qu’ils soient plus proactifs, innovateurs

et qu’ils participent davantage à la croissance de votre organisation.

Facile, il s’agit de commencer par donner l’exemple.

|

Comme citoyen, vous aimeriez vivre dans une société

qui ne vit pas au-dessus de ses moyens,

qui est plus responsable financièrement, qui est moins violente,

qui respecte plus les gens et qui est plus sensible à l’environnement,

qui est plus tolérante envers les minorités,

qui éprouve plus de compassion envers les démunis

et qui s’occupe mieux de ses personnes âgées?

Facile, il s’agit de commencer par donner l’exemple.

|

La personne responsable commence toujours par donner l’exemple du changement

qu’elle veut voir opérer dans le monde;

la personne irresponsable, elle, se plaint et trouve des excuses.

|

Tout changement, que ce soit personnel, émotionnel, relationnel ou économique,

commence toujours par soi-même.

Le meilleur endroit pour commencer à réussir sera toujours dans sa propre cour !

|

Avez-vous remarqué de nos jours,

que bien des gens pensent et parlent de changer le monde,

mais que personne ne pense et ne parle de se changer soi-même?

Avant d’essayer de vouloir conquérir le monde,

bien des gens auraient intérêt à commencer par faire la conquête d’eux-mêmes.

|

Peu importe le changement que vous désirez voir se produire dans le monde,

commencez toujours par donner l’exemple.

À votre contact, les membres de votre famille,

vos amis et vos collègues de travail changeront.

À leur contact, votre communauté tout entière et même votre pays changeront.

Et finalement, à leur contact, espérons-le, tous les pays du monde changeront pour le mieux. »

|

(P Leroux)

|

 

Publié dans TEXTE A REFLECHIR | Pas de Commentaire »

SOURIRE

Posté par qualita1 le 9 février 2015

22.jpg

|

joli texte trouvé sur le Net :

« Sourire ….

C’est prendre le risque de paraître ridicule.

Pleurer ….

C’est prendre le risque de paraître sentimental.

Tendre la main vers l’autre ….

C’est prendre le risque de s’impliquer.

Faire voir ses sentiments ….

C’est prendre le risque de montrer son véritable soi.

Étaler ses idées, ses rêves ….

C’est risquer de ne pas être aimer en retour.

Vivre ….

C’est risquer de mourir.

Espérer ….

C’est risquer le désespoir.

Essayer ….

C’est risquer l’échec.

Mais ….

Les grands risques doivent être courus

parce que le plus grand risque dans la vie c’est de ne rien risquer. »

*

(auteur ?)

|

Publié dans TEXTE A REFLECHIR | Pas de Commentaire »

LES RELATIONS MERE-FILLE

Posté par qualita1 le 8 février 2015

merefille1

|

Petites pistes de réflexion

sur les relations conflictuelles entre mère et fille :

|

« Une mère a une approche et un comportement différent vis-à-vis de son fils et de sa fille.

La similitude fait qu’une mère voit dans sa fille un être qui lui ressemble,

un prolongement d’elle-même.

Elle attend d’elle des choses précises comme on l’a exigé d’elle-même,

qu’elle réussisse ce qu’elle n’a pas fait.

Jusqu’à l’adolescence, la fille se construit par rapport à sa mère : elle est son modèle.

Cette identification est indispensable pour se structurer.

Puis à l’adolescence vient la phase de la séparation, une phase elle aussi indispensable,

pour que la fille trouve son identité afin de savoir qui elle est.

Je parle de séparation psychologique.

Cela signifie qu’une fille doit pouvoir penser différemment de sa mère,

avoir des avis contraires sans que sa mère en soit blessée,

ou se sente désemparée et rejetée.

Une fille doit pouvoir vivre sa vie quelque soit ce qu’en pense sa mère.

Une mère n’est pas là pour comprendre sa fille, mais pour l’accompagner.

Cette séparation est un processus structurant.

Ce n’est pas la fin de l’amour,

mais au contraire le début d’un amour adulte entre une fille et sa mère. »

|

« Quels conseils donneriez-vous aux mères pour que la relation mère-fille soit satisfaisante ?

Je leur dirais : accepter dès la naissance de votre fille qu’elle est un être différent de vous.

Vous n’avez pas mis au monde votre clone !

Ne soyez pas en attente de gratitude, de reconnaissance ou d’amour.

Votre priorité doit être de réfléchir à ce qui peut lui faire du bien

et lui porter un amour valorisant :

votre fille doit pouvoir lire dans votre regard de l’admiration.

*

La clé est d’oser affirmer ce que l’on est sans culpabilité.

*

Pour prendre de la distance, la fille doit s’autoriser à avoir un regard critique sur sa mère.

Elle n’est ni géniale, ni ignoble.

Elle a ses bons et ses mauvais côtés.

Ressentir de la colère peut être sain à condition de ne pas rester dans cet état.

La fille doit apprendre à envisager sa mère comme une femme ayant eu une histoire

et pas uniquement comme sa mère.

Affronter la réalité de la relation est parfois difficile, mais c’est une démarche libératrice. »

|

« La fille doit accepter que rien ne changera dans le comportement de sa mère.

Rien ne s’arrange en vieillissant.

Si sa mère était possessive, elle le restera.

Si elle était dévalorisante ou ne savait pas aimer, ces attitudes ne s’arrangeront pas.

Pour se libérer, la fille doit comprendre qu’elle n’est pas en cause,

mais que sa mère du fait de son histoire personnelle

ne peut pas avoir un comportement différent. »

(Dr Marie Lion-Julin)

|

merefille1

« Complices ou en guerre, mères et filles forment un couple particulier

dont les sentiments vont de l’amour à la haine.

Mais rarement de l’indifférence. »

|

« La fille sait que sa mère sera toujours là.

Chacune est consciente de l’amour qu’elles ressentent l’une pour l’autre.

Même si les filles n’adoptent pas systématiquement les valeurs de leurs aînées,

bien que celles-ci aient à coeur de les transmettre,

elles témoignent d’une grande admiration pour leur mère. « 

|

« Le sentiment  d’être incomprise par sa mère, c’est fréquent pour une jeune fille.

Qu’est-ce qui fragilise ainsi les relations entre vous et elle ?

A partir du moment où la mère se trouve face non plus à une enfant mais à une femme adulte,

des réflexes séculaires s’éveillent :

elle est d’abord la mère protectrice qui veut épargner à sa fille les désenchantements

ou les dangers de la vie

(chagrins amoureux, risques de grossesse

et de contamination par des maladies sexuellement transmissibles…).

Elle devient souvent une donneuse de leçons pour une fille qui ne veut plus en recevoir,

se sentant infantilisée, et exaspérée de ce que veut lui apprendre sa mère. « 

(auteur ?)

|

merefille

Des conflits évitables ? Bien sûr.

|

« Montrer à sa mère que, même si elle n’occupe plus la même place affective,

 elle n’est pas rejetée pour autant :

on ne peut espérer avoir une mère compréhensive, tantôt discrète, tantôt  à l’écoute,

si l’on dénie en même temps son existence « 
    
|

« Il n’est pas besoin de rompre avec sa mère pour grandir

ni d’être en concurrence avec elle ;

il faut seulement clarifier au plus vite la place de chacune,

dans le but de respecter l’intimité mutuelle.

Sauf si elle est confrontée à une mère abusive,

une fille obtiendra plus de résultats par le dialogue que par l’agressivité ou le silence. « 

|

  « Dévouée, vous êtes très proche de votre mère, à condition qu’elle se range à vos décisions. « 

|

« D’enfant imaginaire rêvé par votre mère,

vous vous êtes transformée en enfant s’imaginant un sur-rôle

vous donnant tous pouvoirs sur elle.

 Forme de revanche peut-être, rancunes traînées depuis l’enfance,

c’est en supervisant l’existence de votre mère que vous éprouvez de l’amour pour elle.

Vous lui demandez des comptes,

vous la conseillez,

lui interdisez certaines choses comme si vous étiez vous, l’adulte et elle, l’enfant.

…  vous êtes peut-être inconsciemment méprisante parfois,

votre amour protecteur pour votre mère est votre façon de récupérer l’intérêt,

la confiance, l’amour, dont elle a vous a privée,

selon vous, durant votre enfance. « 

|

« Si protéger sa mère  est une chose naturelle, lui imposer des normes,

c’est exiger d’elle qu’elle se plie à votre personnalité, plutôt que vous, à la sienne.« 

|

« Certaines mères cherchent aussi à dominer leur fille.

Cette dernière peut éprouver un sentiment de faiblesse,

au point de se sentir coupable « de ne pas être à la hauteur de maman ». »

|

« Les filles, pour leur part, doivent démontrer que, même si leur mère n’occupe pas toute la place,

elle n’est pas rejetée pour autant.

Elles doivent faire respecter leur espace,

mais aussi participer à la vie domestique quand elles visitent maman…

Elles doivent aussi savoir discuter de sujets variés,

créer un registre d’échanges propre à leur relation

et, surtout, clarifier la place de chacune dans ce nouvel environnement

où elles pourront s’épanouir, dans l’harmonie.

Nul besoin d’être parfaite, il suffit d’être aimante et de respecter notre vis-à-vis… »

|

(H Michaud)

|

Publié dans TEXTE A REFLECHIR | Pas de Commentaire »

LETTRE AUX JEUNES DU 3ème MILLENAIRE

Posté par qualita1 le 7 février 2015

95

|

« Mes chers petits-enfants.

Vous devez le savoir, l’homme qui vit sur terre ressemble fort à un bateau

qui descend une rivière ou navigue en pleine mer;

l’eau est souvent calme, le vent souffle dans le bon sens,

mais il arrive que le bateau affronte la tempête.

La vie humaine évoque aussi bien une pluie de roses tombant du ciel

pour venir parfumer nos jardins qu’un tissu confectionné à partir des réalités

que personne n’appelle de ses vœux.

C’est justement dans ces contrariétés que l’homme trouve des opportunités

pour affirmer sa volonté d’être maître de son destin.

L’important pour lui est de savoir d’où il vient, où il va,

pourquoi et comment il doit vivre.

Exactement comme un bateau qui doit savoir de quel port il est parti,

et celui vers lequel il se dirige.

C’est drôle, n’est-ce pas, le bateau, objet sans cœur ni raison, mais capable de « savoir »?

La vérité est que l’âme de ce bateau est celui qui le dirige et le fait avancer.

Sans la force et la dextérité de ce dernier, le bateau ne peut rien contre la tempête;

il peut chavirer et se laisser emporter par les courants.

En effet, que de ressemblances entre un bateau en pleine mer et l’homme dans la vie.

Un philosophe, en évoquant la nature humaine, a eu ces mots :

« L’homme est un roseau pensant. »

Chez l’homme, penser, réfléchir, est vital.

S’il n’est plus capable de penser juste,

il n’est rien d’autre qu’un objet inanimé d’aucune valeur.

Dans sa construction, l’homme est un ensemble

formé par une enveloppe corporelle et une intériorité.

Par le corps, il est si fragile que parfois virus et bactérie

parviennent à neutraliser son système immunitaire;

mais par sa volonté et son courage, l’homme est capable de modeler la nature;

il est supérieur à toutes les espèces vivantes,

grâce à ses facultés intellectuelles et morales.

Pourtant, c’est souvent à cause de ces mêmes facultés qui le caractérisent

que l’homme a commis des erreurs.

Tel un bateau qui perd sa direction, l’homme peut chavirer

et sombrer dans les tempêtes de la vie.

Se tromper dans ses jugements, ne pas distinguer le vrai du faux,

ne pas assumer sa responsabilité vis-à-vis de soi-même ou de la société,

sont autant de facteurs qui déclenchent des fléaux

aux conséquences multiples et difficiles à maîtriser.

Maintenant que nous entrons dans le 21ème siècle,

nous sommes portés par l’enthousiasme universel et perceptible

aux quatre coins du monde

pour une vie de conforts matériels permise par les plus belles réalisations technologiques;

nous devons toutefois garder toute notre lucidité,

demeurer conscients que, dans n’importe quel domaine,

tous les comportements excessifs, allant au-delà du cadre moral acceptable,

sont sources de désagréments ou de malheurs.

Après de nombreuses années consacrées à l’acquisition du savoir,

n’importe quel étudiant au Vietnam connaît ce dicton :

« Pour une utilité de dix ans, on plante des arbres ;

pour une utilité de cent ans, on forme des hommes ».

Et pourtant, peu de gens en déduisent que l’homme en lui-même est le bien le plus précieux,

par rapport à tout le reste, le pouvoir, la richesse, ou la situation sociale ;

trop souvent, on néglige la dimension spirituelle,

et cède aux sirènes de la société matérialiste.

L’histoire nous a montré des vies exemplaires.

Au 4ème siècle, donc il y a très longtemps, vivait un jeune homme

dont l’intelligence et la vivacité, pourtant hors du commun,

ne lui étaient d’aucun secours;

plus il avançait dans sa vie d’adulte, plus il s’engouffrait dans les erreurs,

comme si d’un nuage tout noir une lueur avait jailli,

puis s’était éteinte définitivement.

Durant ces années si importantes pour la vie d’un homme,

une fuite en avant ne lui laissait aucun répit ;

il perdait tout sens critique, et tel un roseau il penchait à ras le sol,

mais plus aucune force ne lui permettait de se redresser.

Heureusement, Monica, sa mère, décidée à le sauver,

était persuadée que, s’il existait des obstacles qu’aucun ne pouvait franchir.

Dieu le Tout Puissant pouvait le faire.

Ainsi, jour après jour, sans jamais renoncer, elle parvint à transformer son fils,

qui s’engagea dans le chemin de la vertu,

avant de devenir un éminent théologien, philosophe et écrivain : saint Augustin.

Dans tous les domaines, au sein de toutes les organisations ou communautés,

petites ou grandes,

l’homme doit vivre dans l’espérance.

C’est l’espérance qui nous donne la paix intérieure,

et c’est en cela qu’elle est la source du bonheur.

Monica n’a jamais perdu l’espoir et elle a trouvé le bonheur.

Dans ces lettres, je veux vous parler de quelqu’un de bien ordinaire,

que vous pouvez reconnaître facilement.

Il ne s’agit pas des exploits d’une personne exceptionnelle,

qui fait partie de ceux qui ont écrit des pages d’histoire pour le bien de leur pays,

ou pour la paix dans le monde;

il ne s’agit pas non plus des œuvres de folie de ces aventuriers aux ambitions démesurées

qui ont ensanglanté des peuples en voulant conquérir le monde entier.

Il ne s’agit que de moi, sur le chemin de la vie,

comme un voyageur en train de terminer son dernier voyage.

Pourquoi parler de moi ?

Vous vous posez des questions, n’est-ce pas ?

Oui, c’est vrai, très souvent, je vous disais :

« Il ne faut pas parler de soi ; le moi est haïssable ».

Et me voilà, maintenant, en train de vous raconter des souvenirs de ma propre vie !

Vous avez bien retenu mon conseil, j’en suis très heureux !

Mais écoutez cette petite histoire, vous allez mieux comprendre.

Certaines soirées, dans cette maison, toutes les lumières s’éteignaient ;

tout le monde se trouvait plongé dans l’obscurité complète, tel un aveugle ;

cette obscurité semble modifier l’échelle du temps,

où une minute devient presque une éternité.

On ne voyait plus rien, on n’entendait plus rien,

on voyait du noir partout, surtout dans sa tête.

Les réactions d’affolements et d’énervements ne se faisaient pas attendre :

« Les bougies, vite, les bougies !

Les lampes à pétrole, où sont-elles ?

J’avais pourtant prévenu, il faut toujours les avoir à portée de mains !

Plus vite, plus vite ! Allumez les bougies. »

Puis suivait le silence, un long silence

que l’ardente attente de la lumière rendait quelque peu surnaturel.

Tout à coup, tout le monde se mit à pousser des cris de joie :

« Ah ! La lumière revient ! Elle est là ! »

Tout redevient normal ; des discussions, des travaux, qui étaient suspendus, reprenaient.

Et c’est ainsi que les choses se passent dans la vie de tous les jours,

pour chacun de nous, pour chaque famille, pour la société.

La lumière, le soleil, nous apportent joie et vitalité,

tandis que l’obscurité sème tristesse et peur.

Mais savez-vous qu’il y a quelque chose de plus inquiétant encore?

C’est lorsque la lumière de la vérité, l’attachement à un idéal, s’éteint définitivement en nous,

et que personne ne cherche à la rallumer.

C’est lorsque nous ne nous soucions plus de la vie intérieure,

lorsque nous nous contentons de regarder des choses sans les voir,

de vivre sans jamais nous poser de questions.

Quelle tristesse! 

Et quel danger !

Que tous dans la famille, notamment les plus grands,

ceux qui sont investis d’une responsabilité morale à l’égard des autres,

soient des sources de lumière qui s’éclairent mutuellement,

et que nous léguerons aux générations futures.

Un de ces jours, vous deviendrez des parents, puis plus tard des grands-parents ;

dès maintenant, préparez-vous, ayez à votre échelle une vie exemplaire,

devenez un jour une lumière pour les plus jeunes.

C’est là la part de travail qui incombe à notre « moi ».

En ce sens, le « moi » est indispensable, n’est-ce pas ?

Au revoir, mes chers petits-enfants. »

|

(M. Van Hoa Tran)

|

Publié dans TEXTE A REFLECHIR | Pas de Commentaire »

COMPRENDRE  » CHARLIE »

Posté par qualita1 le 5 février 2015

pays

|

  »Bien évidemment, la nouvelle de « Charlie Hebdo »

a ébranlé nos cœurs et a créé une onde de choc sur la planète.

Cependant, notre travail en tant qu’Artisans de Lumière

est bien de rester centrés sur les Plans Divins

qui s’orchestrent au travers de tels évènements.

Bien sûr que cela est désastreux et terrible,

mais au-delà des apparences, un projet lumineux et bien plus vaste prend place.

En effet, l’Humanité entière a fait converger (et fait encore converger)

sa compassion et son empathie envers la France,

les victimes et les familles des victimes.

Toute la presse a rebondi sur l’idée puissante que la Liberté ne peut pas être « assassinée ».

|

Que de vérité dans ce propos (et ceci est vrai pour toutes formes d’expression de vérité).

Tous les pays du monde se sont tournés vers « Charlie Hebdo »,

exprimant leur indignation et leur soutien

et brandissant le mantra extraordinaire : « JE SUIS » CHARLIE, « I AM » CHARLIE ».

De plus, le « JE SUIS » a fait écho sur tous les écrans,

dans toutes les rues propulsant une force nouvelle.

Il est intéressant de constater aussi que le mot CHARLIE

est composé de la syllabe ‘CHAR’ qui signifie Cœur (la charité) et ‘LIE’ vient du verbe LIER.

|

Nous pourrions ainsi comprendre au travers de tout cela que Saint Germain

a lancé un mouvement de Lumière qui unit tous les cœurs mettant en avant le JE SUIS :

Je SUIS celui qui lie les cœurs !

Saint Germain nous dit « Le ‘JE SUIS’ met en action tous les attributs de la Divinité

et souvenez-vous que la Lumière est toujours Victorieuse ».

|

Le mot LIBERTÉ a été prononcé un incalculable nombre de fois,

ainsi que le mot PAIX.

Quant à la notion d’UNITE, elle circule d’âme en âme restaurant l’amour et la solidarité.

|

Nous savons tous que : « ce sur quoi nous portons notre attention, nous le manifestons ».

Puissent alors ses attributs divins se manifester,

ici et maintenant, sur notre précieuse Terre GAIA.

|

Étant donné qu’il n’y a pas de hasard,

il est important également de rendre grâce à ces âmes courageuses

qui ont quitté notre plan terrestre dans un acte de bravoure.

Ces hommes et ces femmes se battaient pour la Liberté,

puisse leur choix inconscient transformer pour toujours le cœur des hommes et des femmes.

Puisse la Vraie et Belle Liberté s’imposer enfin et pour toujours.

Après cette crucifixion douloureuse, l’heure de la Résurrection revient.

|

Pour cela, merci de maintenir la vision d’Amour que ce drame a déclenché

afin que l’esprit revanchard ne puisse émerger.

Et puis, n’oublions pas que la France porte ces Valeurs Divines :

Liberté, Egalité, Fraternité.

Notre « devoir » d’Artisans est bien de magnifier Le Beau et l’Amour Inconditionnel.

Que l’amour soit notre réponse afin de dissoudre les résistances

et provoquer une réelle et formidable bascule de lumière. …

|

En écrivant mon petit mot sur « Je SUIS CHARLIE »,

j’étais loin alors, d’imaginer la déferlante d’Amour, de Solidarité, d’Unité et de Paix

qui se préparait dans le cœur des hommes, des femmes et des enfants de notre Planète.

Ce qui s’est passé ce Dimanche 11 Janvier 2015

est la manifestation tangible de l’amorce de ce Nouveau Monde tant attendu.

Comme je le disais, nous avons longtemps erré dans la vallée des larmes

et aujourd’hui enfin nous en percevons concrètement la fin.

Après les larmes d’horreur, les larmes d’espoir qui ont transformé la vision de l’Humanité.

|

Au cœur de ce sursaut vibrant de soutien et de solidarité,

nos âmes se sont unies pour ancrer définitivement l’Ère du Verseau.

Cette Nouvelle Ère, dont Saint Germain en est le Majestueux Gardien

est bien l’Ère de La Liberté, de la Justice et de la Victoire.

|

Depuis des années, chacune de nos prières, chacune de nos transmutations,

chacune de nos intentions, chacun de nos rêves, chacun de nos idéaux,

chacun de nos désirs nobles, chaque travail entrepris sur nous-mêmes,

chacun de nos soins, chacune de nos profondes aspirations à vouloir transformer l’humanité

a rendu possible cette prodigieuse bascule.

|

Les cœurs se sont unis comme ils ne l’avaient pas fait depuis si longtemps

scellant pour toujours l’Unité et la Liberté de la Nouvelle Terre.

A partir de là, cette Vague d’Amour et de paix a été d’une telle puissance

qu’elle a littéralement permis un réveil de conscience d’envergure internationale.

Notre précieuse Terre Gaïa a été alors parcourue d’une onde d’amour colossale

transformant pour toujours le regard de chacun.

Même si certains expriment encore des résistances,

sous la poussée de cette force solidaire et emplie de sagesse,

elles ne pourront s’opposer encore bien longtemps aux vibrations du Nouveau Monde.

|

Il est bouleversant de constater si peu de dérive, si peu de haine

mais un silence d’Or et de Lumière imposant sa magie.

Les pancartes qui dansaient sur la foule offraient une créativité élévatrice,

une imagination touchante, une subtilité qui nourrit l’esprit et le cœur.

|

Si nous reprenons également la symbolique des nombres :

le 11/01/2015 donne un 11 :

le onze a toujours marqué le changement et représente un Maître nombre.

Le Onzième aspect de la Déité porte en lui les vertus de la Joie et de l’Ordre Divin…

|

… Quand JE dis Je SUIS,

je mets en mouvement le Pouvoir divin Illimité. …

|

La Présence JE SUIS ressuscite la Vie, ressuscite La Liberté. »

Alors, il est bon de se souvenir : « Je n’attire pas ce que je Veux, j’attire ce que JE SUIS.

|

Je SUIS CHARLIE, JE SUIS celui qui lie les Cœurs ».

Merci à Charlie Hebdo,

Merci aux Policiers,

Merci à ceux qui nous ont quitté,

Merci à Tous les Artisans de Lumière du Monde

qui ont participé d’une façon ou d’une autre à ce fabuleux rassemblement

et à cette lumineuse et remarquable Co-Création. … »

|

 (D C  Germain)

|

Publié dans TEXTE A REFLECHIR | Pas de Commentaire »

VERITES QUE TU DOIS SAVOIR

Posté par qualita1 le 24 janvier 2015

3

|

« A toi qui veux savoir, je dis …

|

1 –

Que la nourriture que tu manges peut te soigner

mais qu’elle est aussi la principale source de tes maladies

et que toutes les manipulations que l’on y fait ne fera rien pour arranger ce fait

2 –

Que ce n’est pas parce qu’une médication est gratuite

qu’il faut que tu la prennes sans t’assurer auparavant qu’elle ne fera pas de toi un client fidèle

de ceux qui en font le commerce

3 –

Que les principaux terroristes ne sont pas ceux qui posent les bombes

mais ceux qui les financent, les fabriquent et les vendent

car tant qu’il y aura des armes, il y aura forcément des gens pour les utiliser

4 –

Que ceux qui créent les plus grands crimes ne sont pas uniquement ceux qui en ont l’air.

Il ne faut pas te laisser éblouir par un masque mais voir au delà des apparences

5 –

Que les lois ne seront jamais appliquées tant que ceux qui les décident

ne les appliqueront pas eux-mêmes

6 -

Que l’histoire du monde couramment enseignée n’est qu’un amalgame d’idées

souvent contredites par les faits et les découvertes

7 -

Que notre niveau de civilisation actuel a déjà été égalé,

et même dépassé dans les temps reculés par des civilisations maintenant disparues

8 –

Que le phénomène OVNI n’est pas une histoire de croyance mais de connaissance,

et qu’il est, a été, et sera présent dans toutes les cultures et civilisations

9 –

Que l’environnement pourrait ne pas être pollué

si certains lobbies financiers ne s’y opposaient pas.

Des énergies naturelles et gratuites sont depuis longtemps connues

mais ignorées pour raison économique.

10 –

Que lorsque l’homme brise l’équilibre naturel, la nature brise l’homme

11 –

Que les plus grands cataclysmes que l’homme risque de subir

seront ceux qu’il créera lui-même

12 –

Que le monde se dirige vers une nouvelle ère de paix

mais que cela nécessitera de grandes transformations et bouleversements

dont il te faudra t’adapter si tu veux survivre

13 –

Que les phénomènes « paranormaux » sont tout à fait normaux,

compréhensibles et explicables

14 -

Que les plus grands communicateurs privilégient l’écoute à la prise de parole

car c’est en écoutant que tu apprends

15 –

Que tu es responsable du monde dans lequel tu vis et de tout ce qui t’arrive

mais qu’il ne faut en aucune manière te sentir coupable

si les évènements ne te semblent pas correspondre à tes désirs.

Tout ce qui t’arrive est toujours la meilleure chose qu’il puisse t’arriver

car ses évènements sont toujours là pour t’élever et non pas pour t’abaisser

16 –

Que tu ne pourras changer le monde qu’en te changeant toi-même

car le monde ne sera toujours que le reflet de toi-même

17 –

Que tant que tu n’auras pas découvert l’Amour qui est enfoui en toi,

tu seras toujours à la recherche de l’âme sœur

18 –

Que le plus grand voyageur n’est pas celui qui fait dix fois le tour du monde

mais celui qui fait une seule fois le tour de lui-même

19 –

Qu’il faut te laisser guider par les vagues (écouter la voix qui est au fond de toi)

mais choisir les vagues que tu prends (agir en parallèle de manière concrète)

20 –

Qu’il ne faut pas te complaire dans tes habitudes

mais te plaire dans ta complétude car tout t’est donné. Tout est en toi.

21 -

Que la volonté de réussir permet de réussir à volonté

mais que seules des actions amènent des réactions

22 –

Que si tu deviens égoïste ou radin tu perds ta liberté

car tu deviens l’esclave de l’argent

23 –

Que chacun se voit donner un jour la clef de sa réussite

mais qu’il est nécessaire de l’insérer dans la serrure avant que celle-ci ne soit changée

24 –

Que personne sur Terre ne peut se dire parfait

car rien que le fait de le dire montre qu’il ne l’est pas.

Il ne faut en aucune manière te prendre pour Dieu mais être Dieu.

Si tu comprends la nuance tu as tout compris !

25 –

Que le courageux n’est pas celui qui n’a jamais peur

mais celui qui agit malgré sa peur

26 –

Que si tu réussis à te convaincre que tu réussiras, tu n’auras aucune peine à réussir

car le meilleur moyen d’atteindre un objectif est de te convaincre toi-même

que tu l’as déjà atteint

27 –

Que la connaissance est une source où chacun peut venir s’abreuver

28 –

Que la pire des choses à faire est de ne rien faire

29 –

Que la vie est belle pour ceux qui savent la contempler

30 –

Que tout est dans l’un, tout comme l’un est dans tout

et que c’est pour cela que tu devras te fondre dans la totalité pour reconstruire ton unité

31 –

Que tu ne dois jamais croire ce que l’on te dit sur parole – même pas ce présent message –

mais qu’il te faudra le vérifier par toi-même

32 –

Que le fait que tu n’aies pas le temps de faire toi-même tes propres vérifications est voulu

afin de te maintenir dans l’ignorance

33 –

Que plus tu seras dans l’ignorance, et plus tu seras manipulable et manipulé.

|

Toi qui désire savoir,

apprends a penser par toi-même,

à comprendre, et à devenir conscient du monde qui t’entoure,
  

et c’est en faisant ainsi que tu découvriras le chemin de la liberté. »

|

( Initiation : Récit d’un voyage intérieur de I.M. )

|

Publié dans TEXTE A REFLECHIR | Pas de Commentaire »

NOUS SOMMES TOUS SOLDATS DU MONDE NOUVEAU

Posté par qualita1 le 18 janvier 2015

Image de prévisualisation YouTube

|

« …Je suis désolé, mais je ne veux pas être empereur, ce n’est pas mon affaire.

Je ne veux ni conquérir, ni diriger personne.

Je voudrais aider tout le monde dans la mesure du possible,

juifs, chrétiens, païens, blancs et noirs.

Nous voudrions tous nous aider si nous le pouvions,

les êtres humains sont ainsi faits.

Nous voulons donner le bonheur à notre prochain, pas lui donner le malheur.

Nous ne voulons pas haïr ni humilier personne.

Chacun de nous a sa place et notre terre est bien assez riche,

elle peut nourrir tous les êtres humains.

Nous pouvons tous avoir une vie belle et libre mais nous l’avons oublié.

|

L’envie a empoisonné l’esprit des hommes, a barricadé le monde avec la haine,

nous a fait sombrer dans la misère et les effusions de sang.

Nous avons développé la vitesse pour nous enfermer en nous-mêmes.

Les machines qui nous apportent l’abondance nous laissent dans l’insatisfaction.

Notre savoir nous a fait devenir cyniques.

Nous sommes inhumains à force d’intelligence,

nous pensons beaucoup trop et nous ne ressentons pas assez.

Nous sommes trop mécanisés et nous manquons d’humanité.

Nous sommes trop cultivés et nous manquons de tendresse et de gentillesse.

Sans ces qualités humaines, la vie n’est plus que violence et tout est perdu.

|

Les avions, la radio nous ont rapprochés les uns des autres,

ces inventions ne trouveront leur vrai sens que dans la bonté de l’être humain,

que dans la fraternité, l’amitié et l’unité de tous les hommes.

|

En ce moment même, ma voix atteint des millions de gens à travers le monde,

des millions d’hommes, de femmes, d’enfants désespérés,

victimes d’un système qui torture les faibles et emprisonne des innocents.

Je dis à tous ceux qui m’entendent:

Ne désespérez pas !

|

Le malheur qui est sur nous n’est que le produit éphémère

de l’avidité,de l’amertume de ceux qui ont peur

des progrès qu’accomplit l’Humanité.

Mais la haine finira par disparaître et les dictateurs mourront,

et le pouvoir qu’ils avaient pris aux peuples va retourner aux peuples.

Et tant que des hommes mourront pour elle, la liberté ne pourra pas périr.

|

Soldats, ne vous donnez pas à ces brutes,

à une minorité qui vous méprise et qui fait de vous des esclaves,

enrégimente toute votre vie et qui vous dit tout ce qu’il faut faire

et ce qu’il faut penser, qui vous dirige, vous manoeuvre,

se sert de vous comme chair à canons et qui vous traite comme du bétail.

Ne donnez pas votre vie à ces êtres inhumains,

ces hommes-machines avec une machine à la place de la tête

et une machine dans le coeur.

|

Vous n’êtes pas des machines !

Vous n’êtes pas des esclaves !

Vous êtes des hommes !

des hommes avec tout l’amour du monde dans le coeur.

Vous n’avez pas de haine, sinon pour ce qui est inhumain,

ce qui n’est pas fait d’amour.

|

Soldats,  ne vous battez pas pour l’esclavage mais pour la liberté !

|

Il est écrit dans l’Évangile selon Saint Luc

« Le Royaume de Dieu est dans l’être humain »,

pas dans un seul humain ni dans un groupe humain,

mais dans tous les humains, mais en vous,

en vous le peuple qui avez le pouvoir.

Le pouvoir de créer les machines,

le pouvoir de créer le bonheur.

Vous, le peuple, vous avez le pouvoir.

Le pouvoir de rendre la vie belle et libre,

le pouvoir de faire de cette vie une merveilleuse aventure.

|

Alors au nom même de la Démocratie,

utilisons ce pouvoir.

Il faut tous nous unir,

il faut tous nous battre pour un monde nouveau,

un monde humain qui donnera à chacun l’occasion de travailler,

qui apportera un avenir à la jeunesse et à la vieillesse la sécurité.

|

Ces brutes vous ont promis toutes ces choses

pour que vous leur donniez le pouvoir : ils mentaient.

Ils n’ont pas tenu leurs merveilleuses promesses ; jamais ils ne le feront.

Les dictateurs s’affranchissent en prenant le pouvoir

mais ils font un esclave du peuple.

Alors, il faut nous battre pour accomplir toutes leurs promesses.

Il faut nous battre pour libérer le monde,

pour renverser les frontières et les barrières raciales,

pour en finir avec l’avidité, avec la haine et l’intolérance.

Il faut nous battre pour construire un monde de raison,

un monde où la science et le progrès mèneront tous les hommes vers le bonheur.

Soldats, au nom de la Démocratie, unissons-nous tous !

|

(Charlie Chaplin dans le film « le dictateur »)

|

Publié dans TEXTE A REFLECHIR | Pas de Commentaire »

CHARTE DES CITOYENS DU MONDE

Posté par qualita1 le 16 janvier 2015

95

|

« Nous pensons en effet qu’être citoyen du monde, c’est :

|

- se sentir concerné par le bien-être de tous les peuples et de toutes les nations ;

- considérer comme une évidence qu’aucune ethnie, aucune race, aucune nationalité,

aucune communauté n’est supérieure à une autre ;

- partir du principe que les destins de tous les pays et de tous les citoyens du monde

sont intimement liés ;

- se réjouir des moments heureux que les autres nations peuvent connaître,

et compatir aux épreuves qu’il leur arrive de traverser ;

- comprendre et admettre que le pays où l’on naît n’est pas nécessairement

celui où l’on doit vivre par la suite ;

  – encourager la coopération, l’entraide et la fraternité entre les peuples et les nations ;

- ne pas monopoliser les ressources naturelles qui se trouvent dans son pays,

et ne pas convoiter celles qui existent dans les autres ;

- considérer la mondialisation, non pas comme un danger ou une menace,

mais comme une opportunité de progrès économique et social pour tous les pays ;

- ne pas chercher à imposer aux autres ses idées politiques ou ses croyances religieuses,

mais en faire un objet d’échange et un vecteur de tolérance ;

  – voir en tout être humain une extension de soi-même,

et dans l’humanité une seule et même famille d’âmes ;

- se faire un devoir de respecter la Nature et de la préserver pour les générations futures. »

|

(Serge Toussaint)

|

Publié dans TEXTE A REFLECHIR | Pas de Commentaire »

NOTRE HISTOIRE FAMILIALE

Posté par qualita1 le 27 décembre 2014

FAMILLE

|

« Et si la personne que nous sommes aujourd’hui

n’était que le résultat de notre histoire familiale ?

Et si nos choix de vie, nos comportements, nos qualités ou nos défauts

n’étaient, en réalité, que la conséquence logique de l’histoire de nos ancêtres.

Si oui, alors comment se défaire de ces fardeaux ancestraux que nous portons malgré nous ?

|

Notre famille c’est le début de notre histoire.

|

Nous avons plusieurs histoires qui se jouent à la fois,

celle de notre culture, celle de notre éducation, celle de notre sexe, celle de notre peuple, …

Mais nous avons surtout notre propre histoire qui elle, est intimement liée à notre famille

puisque c’est dans l’enfance que se programme la majorité des schémas et des croyances

à l’origine de notre propre histoire.

|

Que sont les histoires ?

Les histoires sont tout d’abord ce que racontent les personnes qui nous entourent

dès notre naissance.

C’est tout ce qu’elles croient et qu’elles vivent ou ont vécus

et qu’elles vont alors nous dire à propos du monde.

C’est l’ensemble des croyances qu’elles ont accumulées tout au long de leur vie

en fonction des expériences qu’elles ont vécues.

Toutes leurs blessures et leurs souffrances,

mais aussi leurs joies, leurs peines, leurs désirs ou leurs frustrations,

ont formé toute une série de croyances et de schémas qui est devenu « leurs histoires ».

|

Dès notre arrivée dans le monde, ce sont d’abord nos parents

(empreints, eux aussi, de l’histoire de leurs propres familles)

qui vont nous raconter leurs histoires.

À travers leur façon d’être, d’agir, de penser et de ressentir,

mais aussi à travers leurs émotions,

ils vont nous transmettre sans le savoir le fruit de leurs expériences.

Dès l’enfance, donc, nous allons être programmés sur base de leur vécu

et d’une manière ou d’une autre, cela va influencer toute notre vie.

|

Dans la plupart des cas, soit nous allons croire à leurs histoires

et nous allons continuer sur les mêmes bases,

soit nous allons les refuser et en écrire d’autres à l’opposé, par réaction.

Mais quoi qu’il arrive, notre histoire sera toujours le résultat de l’histoire de notre famille. …

|

Notre histoire est la solution, la réparation de l’histoire familiale.

Dans cette optique, nous ne sommes jamais libres !

Nous sommes toujours le résultat, la suite de l’histoire familiale et ça,

quand nous n’en sommes pas la solution voire la réparation.

Car, en fonction du vécu de notre famille, en fonction de leurs expériences douloureuses,

il arrive très souvent qu’une mission secrète et inconsciente nous ait été livrée à la naissance.

Les projections que les parents ont sur leurs enfants

sont toujours les réponses à leurs frustrations, leurs échecs, leurs peurs,

leurs blessures et leurs souffrances. …

|

Le poids des secrets de famille

Dans chaque famille, il arrive également que des secrets soient gardés

depuis parfois plusieurs générations.

Il n’est pas toujours question de secrets à proprement parlé,

il peut aussi s’agir de « non-dits »,

mais c’est toujours une histoire de culpabilité et/ou de honte qui,

lorsqu’elle n’a pas été exprimée,

demande à être révélée,

sous peine de continuer son chemin de générations en générations. …

|

L’histoire que nos parents nous racontent à propos de nous.

Depuis que nous sommes enfants, par nos attitudes et nos comportements,

nos parents et notre famille aussi se sont raconté une histoire à notre sujet

qu’ils nous ont alors racontée et que nous avons crue.

Quand nous avons laissé du désordre dans notre chambre,

ils nous ont dit que nous étions désordonné,

quand nous avons été réservés, ils nous ont dit que nous étions timide,

quand nous avons excellé dans un sport, ils nous ont dit que nous étions sportif,…

Bref, en fonction de ce qu’ils ont vu et à travers leur propre façon de voir

(qui dépend de leur histoire),

ils nous ont définis, ils nous ont collé une étiquette que nous continuons à tenir en place.

|

Il arrive que nous refusions cette étiquette, et dans ce cas,

nous luttons toute notre vie pour prouver le contraire

de ce qu’elle dit de nous sans que cela nous rende plus heureux,

car au fond de nous il y a toujours cette croyance programmée

que nous ne faisons que combattre.

Dans le cas contraire, même si nous sommes ou sommes devenus l’opposé

de ce qui a été définit,

nous continuons de croire à cette étiquette

et sommes incapables de reconnaître la vérité à notre sujet. …

|

Notre histoire en fonction de notre vécu familial.

En plus de toutes les histoires dont nous héritons, nous construisons nous aussi,

notre propre histoire, notre histoire personnelle.

En fonction de ce que nous vivons au sein de notre famille,

mais surtout en fonction de comment nous le vivons,

nous posons une à une les briques de notre histoire.

Car, en réalité, ce ne sont pas vraiment les événements que nous traversons

qui en définissent les grandes lignes,

mais plutôt la façon dont nous les interprétons et les ressentons.

Un même incident va avoir des répercussions différentes d’une personne à l’autre.

En fonction de notre personnalité, de nos blessures, de nos souffrances et de nos peurs,

celui –ci va prendre des formes variées et diverses. …

|

Bien sûr, les histoires se complètent aussi au sein d’autres groupes comme à l’école,

avec les amis et les professeurs,

mais la plupart prennent naissance au sein de la famille,

et surtout de la famille proche.

Ce sont les personnes avec qui nous avons passé le plus de temps durant notre enfance

qui auront le plus d’influence sur notre histoire.

|

Comment se défaire de nos histoires ?

Il est impossible de vivre une vie sans histoire.

Chaque vie est une histoire remplie d’histoires différentes

et aucun être humain ne peut y échapper.

Par contre, il est tout à fait possible de créer et de définir sa propre histoire

plutôt que de traîner celles qui se sont programmées malgré nous.

|

Pour ça, il faut commencer par prendre conscience des histoires qui se jouent dans nos vies.

Ensuite, le travail consiste à s’en libérer !

Et pour ça, il faut juste les reconnaître pour ce qu’elles sont : des histoires.

C’est très simple, mais j’avoue que dans cette simplicité se cache un piège

qu’il est parfois difficile d’éviter.

Ce piège c’est la croyance en ces histoires,

car tant que nous serons prisonniers de ces croyances,

il ne sera pas possible de nous en défaire.

Ce n’est que lorsque l’histoire jouée est profondément et sincèrement reconnue comme tel

que son pouvoir peut disparaître.

Tant que nous nous identifions à l’histoire et que nous la considérons comme vraie,

elle ne peut que continuer à mener notre vie.

C’est un peu comme dans l’histoire du vilain petit canard,

tant qu’il croit être un canard laid et rejeté par les autres,

sa vie est une histoire de souffrance,

mais lorsqu’il réalise qu’il n’est pas un laid canard, mais un beau cygne,

alors il comprend que cette histoire n’était pas réelle.

Il peut reconnaître avoir souffert pendant qu’il croyait en cette histoire,

mais il ne peut plus se l’approprier, il sait désormais qu’elle n’est pas réelle

et il peut alors vivre une nouvelle histoire. »

|

(http://guerisonintuitive.com/articles/quelle-empreinte-lhistoire-de-ma-famille-a-laisse-sur-moi)

|

Publié dans TEXTE A REFLECHIR | Pas de Commentaire »

1...56789...22
 

ah... et c'est quand que ça... |
régime, chats et doctorat |
skyblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | moi, ma vie, mes kilos en t...
| mon univer
| Nelly et Tony